La Rolex Daytona de Paul Newman s’expose à Hollywood

La montre-bracelet mythique de l’acteur est désormais exposée au sein de la galerie Rolex du musée des Oscars, à Los Angeles.

Sa vente avait captivé les amateurs de montres, et plus encore de Rolex fin 2017 : Le « Cosmograph Daytona » de l’acteur américain Paul Newman avait été adjugée 17,8 millions de dollars (15,29 millions d’euros) sous le marteau d’Aurels Bacs, chez Phillips, à New York. Une montre offerte en 1969 par sa femme, l’actrice Joanne Woodward, lors du tournage du film Virages. Au dos, une mention gravée : « Drive carefully me », « Conduis prudemment en pensant à moi ». Une montre jadis offerte par l’acteur (qui possédait par ailleurs une autre Daytona offerte par son épouse) à James Cox, ex-petit ami de la fille aînée de l’acteur, Elinor «Nell» Newman. Si la vente s’est faite au profit d’œuvres caritatives, nul ne connaît le nom de l’acquéreur de cette pièce historique. En revanche, cet acquéreur mystère a accepté que cette Rolex mythique, portée par un acteur tout aussi mythique, soit désormais présentée au sein de la galerie « Histoires du cinéma » de l’Académie Museum.

Le Cosmograph Daytona de Paul Newman s’expose. Rolex

Menant de front ses deux passions, le cinéma et la course automobile, Paul Newman dispute sa première course professionnelle en 1972 puis remporte quatre championnats du Sports Car Club of America. En 1979, il termine les 24 Heures du Mans à la deuxième place et en 1995, alors qu’il avait 70 ans, son équipe remporte la catégorie GTS-1 des 24 Heures de Daytona.

L’acteur ne quittait jamais son Cosmograph Daytona. Phillips

Durant cette brillante carrière, son Cosmograph Daytona ne le quitte pas. Paul Newman portait également des montres Rolex en dehors des circuits automobiles. Notamment à l’écran, lorsqu’il a incarné le roi du billard Eddie Felson dans La couleur de l’argent, un rôle qui lui a valu l’Oscar du meilleur acteur en 1987. En plus d’être un acteur hors pair et un pilote confirmé, il était aussi un entrepreneur social précurseur. La montre qu’il a reçue de sa femme est désormais exposée à l’Academy Museum of Motion Pictures.

Une montre de légende pour un acteur de légende. Philiips

Inauguré en septembre 2021 dans la capitale mondiale du cinéma, il s’agit du musée le plus important consacré au cinéma aux États-Unis. Un musée qui manquait jusque-là à Hollywood, une ville qui dévore son propre passé. Situé sur le fameux Miracle Mile à Los Angeles, le bâtiment de 28 000 m2 se distingue par sa gigantesque boule de verre conçue par l’architecte Renzo Piano. Il abrite plus de 4500 m2 dédiés aux expositions permanentes et temporaires, deux cinémas, un studio éducatif et des espaces destinés à accueillir des événements publics et des cérémonies. Il offre au grand public une immersion dans l’univers unique du cinéma au travers d’expositions originales, de projections, de programmes éducatifs et de collections exceptionnelles. Le musée expose en effet une vaste sélection d’objets liés à la production et aux technologies du cinéma, illustrant les histoires complexes et internationales des réalisateurs et de leurs œuvres. On peut y admirer des centaines d’objets, du requin des Dents de la mer aux jouets de Toy Story, de l’univers d’Alfred Hitchcock à celui de George Lucas.

En 2017, Rolex a passé un partenariat avec la plus haute instance du 7e art, l’Académie des arts et des sciences du cinéma. La maison Suisse est ainsi devenue Montre Exclusive de l’Académie des arts et des sciences du cinéma, Proud Sponsor of the Oscars et Sponsor Exclusif des Governors Awards. Rolex est, par ailleurs, Founding Supporter du musée inauguré à Los Angeles.

La Rolex Gallery du musée. Rolex

Au troisième étage de ce musée, la galerie Rolex présente des expositions modulaires qui offrent des voyages uniques à travers différents moments de l’histoire du cinéma, plongeant les visiteurs dans l’univers des cinéastes du monde entier. L’exposition principale « Histoires du cinéma », présente des installations dévoilant différents aspects de l’art de la réalisation – technologie, artistes, histoire et impact sur la société – à travers diverses voix qui font vivre la magie du 7e art. Une autre salle intitulée « Inventer des univers et des personnages » invite à découvrir comment les différents artistes et techniciens conçoivent des éléments destinés à la création d’un film, de sa genèse à sa réalisation finale. De nombreux objets y sont exposés, des maquettes aux costumes en passant par des celluloïds.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages