La rayure horizontale divise

LA CHRONIQUE DE JULIEN SCAVINI – En termes de symbole, ce motif est chargé: c’est la rayure des hygiénistes autant que des parias.

La chemise rayée est un archi-classique de la penderie masculine. Et personne ne s’étonne que les chemisiers coupent les rayures à la verticale du modèle ainsi qu’au col et aux poignets, dans la longueur. C’est ainsi, mais dans les années 1920, à l’époque où les cols étaient blancs, amidonnés et encore détachables, quelques chemisiers inventifs ont coupé les rayures à l’horizontal. Si la rayure verticale est totalement passée dans les mœurs, l’horizontale fait toujours du tapage. En termes de symbole, ce motif est chargé: c’est la rayure des hygiénistes autant que des parias.

Occasionnellement, pourtant, ce style de Gatsby flamboyant refait surface. Lorsque Michael Douglas interprète dans Wall Street l’infâme Gordon Gekko, il porte une chemise rayée orizontalement. Un choix qui ne passe pas inaperçu, un pied de nez léger aux convenances et un désir d’amusement et de raffinement pour le porteur.

De nos jours, il n’y a que chez les marchands anglais ou américains que l’on trouve de telles chemises…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 17% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages