Hommage cosmique à Pierre Cardin au Bourget

Vendredi soir, une centaine de robes inédites dessinées par le couturier défilaient au pied d’une fusée Ariane 5.

C’est un peu du XXe siècle qui s’en est allé avec la mort du couturier, en décembre 2020. Pierre Cardin, qui avait toujours regardé vers demain, a contribué à l’esthétique rétrofuturiste au même titre que H. G. Wells. Ses robes trapèzes, ses tuniques cibles, ses constructions aérodynamiques, ses vestes sans col (celles des Beatles!) sont indissociables d’un âge d’or, les Trente Glorieuses, et de sa croyance en un futur meilleur où l’art et le design deviendraient un mode de vie. Soixante ans avant SpaceX et Elon Musk, il «voulait aussi habiller l’homme qui va dans les vaisseaux spatiaux», selon les mots de Rodrigo Basilicati-Cardin, son neveu et PDG de la marque.

Clôturant une semaine de haute couture parisienne, la maison avait donc convié plusieurs centaines d’invités (dont une large part d’étudiants en mode) sur le tarmac du Musée de l’air et de l’espace du Bourget, au pied de la fusée Ariane 5. «Nous partons en voyage dans la galaxie Cardin, rejoint par quatre villes du monde, Moscou…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 61% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages