Fashion Week de Milan: Tod’s, Le chic radical

De la princesse Lady Di à la chorégraphe Pina Bausch, les années 90 sont à l’honneur cette saison chez la maison Italienne.

Sur son tableau d’inspiration de l’hiver prochain, Walter Chiapponi a affiché les années 1990 en majesté. La sensualité forte de la chorégraphe Pina Bausch, la beauté brute des top-modèles en noir et blanc photographiés par Peter Lindbergh, le charisme androgyne de la musicienne anglaise P.J. Harvey… Mais aussi l’élégance princière de Lady Diana sur les images
des paparazzis après son divorce. «J’ai commencé à travailler dans la mode à cette période, justifie le directeur artistique. J’ai été imprégné par l’élégance radicale de ces femmes portant des costumes aux lignes affûtées, mais aussi par les volumes amples de la culture hip-hop d’alors.» On est loin de l’univers
de la bourgeoisie italienne en chaussures de conduite chère à Tod’s. Et, pourtant, cette relecture plus rock, plus sombre, va comme un gant à la marque. Sur le podium, une Gigi Hadid sans fard (photo) donne le ton dans son costume noir à même la peau, un pardessus jeté sur les épaules.
La première partie du défilé décline…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 47% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages