Chopard: sonneries à quatre mains

Karl-Friedrich Scheufele, coprésident de la marque, dévoile trois montres à sonnerie d’exception, avec le concours du violoniste Renaud Capuçon.

La haute horlogerie joue sur la corde sensible. Pour ses nouvelles montres à sonnerie, en point d’orgue du 25e anniversaire de sa manufacture, Chopard va au-delà des critères purement mesurables de l’acoustique pour entrer dans une autre dimension, celle du son tel qu’il est perçu par l’auditeur.

«Une quête me guide: trouver la matière du son. Il faut en rechercher la texture, la densité. C’est ce qui donne à un son sapersonnalité», s’enthousiasme Renaud Capuçon, manifestement aussi heureux de parler d’horlogerie que de musique. La suite devient logique tant la connivence est évidente.

«C’est en écoutant jouer Renaud Capuçon que j’ai fait le rapprochement entre nos deux métiers. Ils ne reposent pas que sur de la technique pure. J’ai réalisé qu’une montre à répétition minute devrait être conçue comme un instrument de musique autant que comme un garde-temps, qu’elle devrait proposer d’avantage que les indications audibles des heures d’une journée. Elle doit offrir de l’émotion», confie Karl-Friedrich…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages