Chaussures: la fin des ampoules?

DÉCRYPTAGE – La basket avait commencé à le remplacer dans le cœur des modeuses, le télétravail a achevé d’enterrer l’escarpin à hauts talons. Et si, sous l’ère post-Covid, allier confort à toute épreuve et design original était la nouvelle équation gagnante des chausseurs?

«Je déteste tout le concept de confort! déclarait Christian Louboutin au New Yorker en 2011. C’est comme quand les gens disent: “Nous ne sommes pas vraiment amoureux, mais nous sommes dans une relation confortable.”» À l’époque (une décennie, autant dire une éternité dans la mode), la petite phrase de l’inventeur de l’escarpin vertigineux à semelle rouge n’avait ému personne. De même, à peine relevait-on sur Twitter lorsqu’il affirmait: «Une chaussure a tellement plus à offrir que la simple marche.» Il faut dire qu’elles étaient encore nombreuses, les femmes, à recroqueviller leurs orteils dans les derniers stilettos en vogue (et pas uniquement de Louboutin), acceptant sans ciller qu’ils leur martyrisent la voûte plantaire.

Mais, ça, c’était avant… «Depuis quelques années, la hauteur des talons diminue, petit à petit, dans les collections, grâce à l’essor de la sneaker et du streetwear, confirme Morgane Toullec, acheteuse du département souliers du Bon Marché. Et les deux ans que nous venons…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages