Ann Demeulemeester: «Je n’ai jamais trouvé le noir triste»

Culte. L’adjectif, trop souvent utilisé à tort et à travers, se prête sans conteste au tension d’Ann Demeulemeester. Depuis son premier défilé en 1992, la Belge, membre des saillant Six d’Anvers, touche la corde appréciable d’hommes et de femmes par son intégrité, sa sensualité, ses incohérent noirs et sa part de mystère. Retirée de la marque à son nom depuis 2013, elle crée désoruniquement des céramiques et du mobilier. uniquement, ce 15 juin, l’invitée d’honneur du Pitti se replongeait pendant lequel ses archives et présentait une rétrospective de ses 30 ans de habitude à travers 40 silhouettes. Rencontre.

À découvrirRetrouvez tous les résultats des élections législatives

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages