«violence disproportionnée» de la police lors des manifestations de 2020

La police colombienne a réprimé avec une «violence disproportionnée» les manifestations sociales de septembre 2020 dans la capitale colombienne qui ont fait 14 morts, selon un rapport indépendant remis lundi 13 décembre à la maire de Bogota.

Pendant les «nuits de terreur», qui ont suivi la mort d’un homme de 43 ans après sa violente arrestation par deux policiers et dont la diffusion de la vidéo avait déclenché trois jours d’émeutes à Bogota, la police «a réagi de manière disproportionnée, illégale et éloignée du principe d’humanité», a déclaré Carlos Negret, le rapporteur de l’enquête financée et soutenue «méthodologiquement» par les Nations unies. «La police» a cru «qu’elle pouvait blesser, tuer, sans la moindre conséquence», a ajouté Carlos Negret, ancien défenseur du peuple (ombudsman).

Trois cents civils et 216 agents des forces de l’ordre ont également été blessés tandis que 76 postes de police ont été détruits. Le rapport dénonce également des «violences» envers la police. Ce rapport est «douloureux» mais «nécessaire pour sauvegarder et reconstruire notre démocratie», a déclaré la maire de Bogota, Claudia Lopez. Elle a appelé à la «justice» et demandé au président Ivan Duque de reconnaître les violences policières et de tenir compte des recommandations du rapport.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages