Rousseau exclue de la campagne de Jadot après de virulentes critiques

Selon des propos rapportés par Le Parisien ce jeudi, la finaliste de la primaire avait déclaré que les écologistes et Yannick Jadot se «plantent sur tout».

Le divorce est acté entre Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Après des propos très critiques sur le candidat, rapportés par Le Parisien ce jeudi, la finaliste de la primaire a été exclue de la campagne. «Cela illustre son choix de faire prévaloir une expression personnelle sur le collectif. Nous prenons acte de sa décision. Sandrine Rousseau n’assume donc plus de responsabilités au sein de la campagne écologiste», a annoncé Mounir Satouri, eurodéputé et directeur de campagne de Yannick Jadot, jeudi soir dans un communiqué lapidaire.

L’ex-porte-parole d’EELV avait notamment déclaré que les «grands stratèges politiques» de la campagne «sont justes nuls!». «Je deviens folle ! Ils se plantent sur tout… C’est un gâchis», avait-elle lâché, alors que le candidat écologiste ne décolle pas, embourbé sous la barre des 10% dans les sondages. Sandrine Rousseau regrettait également que Yannick Jadot ne parvienne pas à «imposer un récit», contrairement à Éric Zemmour et Emmanuel Macron. «Nous, on vend des chaudières!», a-t-elle fustigé.

À VOIR AUSSI – Présidentielle 2022: «Je ne comprends pas la démarche de Christiane Taubira», déclare Sandrine Rousseau

Jadot «dans la roue de Macron»

La finaliste de la primaire se disait encore critique concernant la position de son candidat sur la guerre en Ukraine, la jugeant trop proche du chef de l’État. Yannick Jadot est par exemple favorable à l’envoi d’armes à la résistance ukrainienne, ce qui brusque une partie de l’aile gauche du parti. «À se mettre dans la roue de Macron, je ne vois pas ce qu’on gagne!», avait-elle regretté. Sandrine Rousseau assurait malgré tout qu’elle resterait fidèle à Yannick Jadot jusqu’au premier tour, ou plutôt «jusqu’au 10 avril à 20 heures», et voulait qu’on lui «rende grâce pour cet acte de loyauté». C’est donc manqué.

Un peu plus tard dans la soirée, Sandrine Rousseau a formellement démenti auprès de l’AFP les propos cités par Le Parisien: «Ce sont des propos uniquement rapportés, de couloir». Il faut dire que l’ex-finaliste de la primaire a déjà plusieurs plans en tête pour la suite. En premier lieu, elle aimerait être candidate dans la 9e circonscription de Paris (13e arrondissement) – comme le révélait Le Figaro début février – même si elle est pour l’instant contestée par les militants locaux. Sandrine Rousseau a également des vues sur le prochain congrès du parti, à l’hiver prochain. Des pistes qui pourraient, de fait, être chamboulées par son exclusion de la campagne. Le secrétaire national du parti, Julien Bayou, a d’ailleurs approuvé un peu plus tard dans la soirée son exclusion : «Elle a une nouvelle fois fait preuve de son expression personnelle au détriment de l’effort collectif de la campagne. Qu’elle laisse les personnes qui veulent faire progresser l’écologie faire campagne».

À VOIR AUSSI – Présidentielle 2022: «Zemmour fait le juif de service pour les antisémites», dénonce Yannick Jadot

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages