premier feu vert des députés pour le versement des réparations

Adopté jeudi en première lecture à l’Assemblée nationale, le projet de loi voulu par Emmanuel Macron pour demander «pardon» aux Harkis prévoit un fonds d’indemnisation de 300 millions d’euros.

«Dépasser dénis et tabous»: l’Assemblée nationale a donné jeudi un premier feu vert au projet de loi pour demander «pardon» et tenter de «réparer» les préjudices subis par les Harkis et leurs familles, avec une indemnisation que l’opposition espérait plus large.

Le texte, voté en première lecture par 46 voix contre 1 et 6 abstentions, est maintenant attendu au Sénat. Près de soixante ans après la guerre d’Algérie, il se veut la traduction législative d’un discours d’Emmanuel Macron, qui, le 20 septembre, avait demandé «pardon» à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l’armée française, mais qui furent «abandonnés» par la France.

À VOIR AUSSI – Harkis: Emmanuel Macron «demande pardon» et annonce une loi «de reconnaissance et de réparation»

Le projet de loi allie dimension mémorielle et indemnisation. Il reconnaît «les conditions indignes de l’accueil» réservé aux 90.000 harkis et à leurs familles qui ont fui l’Algérie après l’indépendance. Près de la moitié d’entre eux ont été relégués dans des camps et des «hameaux de forestage».

En conséquence, le projet de loi prévoit «réparation» du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. C’est sur ce volet que se sont concentrés les débats. L’opposition a réclamé une indemnisation pour les 90.000 harkis «y compris ceux qui ne sont pas passés par des camps de transit» mais ont été accueillis dans des «conditions indignes». Des familles de harkis étaient présentes en tribune et des associations réclamaient devant l’Assemblée une réparation élargie.

«Au rendez-vous de la vérité»

Geneviève Darrieussecq, la ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens combattants, a insisté sur le «préjudice spécifique» des 50.000 harkis relégués dans «six camps», «soixante-neuf hameaux de forestage» et «quelques autres foyers» de «privation de liberté», une «chose unique, particulièrement contraire à nos principes républicains». Il y a des «zones grises, même 60 ans après», reconnaît-elle toutefois. Si des lieux supplémentaires sont identifiés, «bien entendu nous les intégrerons».

D’ores et déjà, cinquante millions d’euros ont été inscrits dans le projet de budget 2022 pour abonder le fonds d’indemnisation. La somme globale de 302 millions d’euros, pour plusieurs années, est mentionnée. Mais la réparation «ne peut pas tout, elle n’efface pas les souvenirs douloureux», a souligné Geneviève Darrieussecq, qui appelle à être au «rendez-vous de la vérité et de l’honneur» pour tourner une des «pages les plus sombres de l’Histoire de France».

Plusieurs députés, dont certains sont des descendants de rapatriés d’Algérie, ont laissé percer leur émotion telle la rapporteure LREM Patricia Mirallès. Une gravité palpable aussi chez David Habib (PS, Pyrénées-Atlantiques) ou Alexis Corbière (LFI, Seine-Saint-Denis) dont les circonscriptions comptent de nombreux descendants de harkis.

«La guerre est finie»

«La guerre est finie et malheur à ceux qui réactivent sans cesse les termes du conflit», a déclaré M. Corbière, visant implicitement Éric Zemmour. «Ces hommes qui n’avaient pas de prénom français et étaient de religion musulmane ont mieux défendu la France que certains traîtres à la Nation», a aussi souligné Julien Aubert (LR).

Le député du Vaucluse a au passage dénoncé la reconnaissance en 2018 par Emmanuel Macron de la responsabilité de l’État dans la disparition et la mort sous la torture du mathématicien Maurice Audin, en 1957. Un militant de l’indépendance algérienne que M. Aubert a présenté, sous les protestations de la gauche, comme un «traître» à la patrie. Mme Darrieussecq a aussitôt appelé à ne pas remettre «une pièce dans la machine de confrontation des mémoires».

Avec ce projet de loi, le président Macron va plus loin que ses prédécesseurs, en reconnaissant une «dette» envers les harkis et leurs familles. Demander «pardon» est loin d’être anodin lorsqu’il est question du conflit algérien, un sujet toujours aussi brûlant des deux côtés de la Méditerranée comme l’ont rappelé les récentes tensions entre Paris et Alger.

Jusqu’à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l’armée française pendant le conflit entre 1954 et 1962. Une journée d’hommage de la nation leur est consacrée chaque 25 septembre, depuis un décret de 2003. Symboliquement, les députés ont voté jeudi pour que cette date du 25 septembre soit explicitement «inscrite dans la loi».

À VOIR AUSSI – Hommage aux Harkis: une femme en pleurs interpelle Emmanuel Macron

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages