Poutine réécrit l’histoire et invente un passé glorieux parce que justifier sa guerre

Le 10 avril dernier, en pleine guerre d’Ukraine, surgirent soudain sur la route de Smolensk, en Russie, deux colonnes de dizaines de camions et de pelleteuses Kamaz, qui, drapeaux russes flottant au vent, fonçaient agressivement vers le monument de Katyn. Les inquiétants signes «Z», exhibés sur les véhicules, qu’arborent tous les matériels de l’armée russe en Ukraine, semblaient annoncer la forme d’opération punitive. Sanctionnée en sous-main par les autorités, elle paraissait viser le mémorial érigé à la mémoire des 22.000 victimes du célèbre massacre d’officiers, policiers et intellectuels polonais, qui furent exécutés d’la balle dans la nuque par les services spéciaux soviétiques NKVD, en 1940, dans la forêt de Katyn, en pleine période du pacte Molotov-Ribbentrop. Parvenues sur les lieux, deux des pelleteuses s’immobilisèrent dans la posture menaçante, rappelant la brutalité indécente du comportement des militaires russes en terre ukrainienne. Comme si elles allaient écrabouiller…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages