plusieurs grèves pourraient perturber les départs pour les vacances de Noël

Des préavis de grève ont été déposés par la CGT, SUD-Rail et l’UNSA à partir du 16 décembre pour demander une reconnaissance financière et de meilleures conditions de travail.

Alors que les vacances de Noël arrivent à grand pas, les départs en train pourraient bien connaître une série de perturbations. Plusieurs préavis de grève ont été déposés à la SNCF par SUD-Rail, la CGT et l’UNSA.

C’est notamment le cas de l’axe Sud-Est du 17 au 19 décembre, le premier week-end des vacances de Noël. Les axes Nord et Est sont aussi concernés, selon l’UNSA. «Il y a une multitude de préavis de grève à partir du jeudi 16 décembre», confirme au Figaro, Fabien Villedieu de SUD-Rail. Un autre préavis a été déposé à partir de jeudi qui concernera «quasiment toutes les lignes en Ile-de-France» (sauf les lignes L, A et J), ajoute-t-il. Les intercités de l’axe Bordeaux-Marseille pourraient eux aussi être touchés. Un préavis a été déposé du 16 décembre au 31 janvier par l’intersyndicale UNSA Ferroviaire, SUD-Rail et CFDT Cheminots.

Aucun appel national mais plusieurs à l’échelle locale ont donc été lancés. Parmi les professions concernées, on retrouve les agents de conduites, du matériel et commerciaux et les contrôleurs. Les aiguilleurs des trains étaient, eux, en grève ce lundi dans l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine.

Il faut ainsi s’attendre à de nombreuses perturbations pour les fêtes. «Le taux de prévision de grévistes atteint 70% pour l’axe Sud-Est», par exemple et la grève sera reconduite les deux week-ends suivants (du 24 au 26 décembre et du 31 au 2 janvier), assure Fabien Villedieu.

À VOIR AUSSI – Covid-19: «Il n’y a pas de recommandation à ce stade pour Noël», affirme Olivier Véran

«Reconnaissance financière»

Les grévistes déplorent un manque de reconnaissance du travail des cheminots pendant la crise sanitaire. «Tout est parti des négociations annuelles obligatoires sur les salaires qui se sont tenues le 17 novembre. L’accord trouvé n’a pas obtenu de signature majoritaire et nous avons averti la direction de la possibilité d’une grève», explique le syndicaliste. Les organisations représentatives demandent notamment une «reconnaissance financière des cheminots» pour leur implication lors de la crise sanitaire et de meilleures conditions de travail. «Il y a encore une possibilité pour la direction de négocier et on espère que d’ici jeudi cette demande de reconnaissance sera enfin prise en compte», note Fabien Villedieu.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages