Pécresse fustige la loi sur les réductions pour les immigrés clandestins

Selon elle, le poids de cette aide financière s’élèverait chaque année à 40 millions d’euros pour la région Île-de-France.

La candidate à l’élection présidentielle Valérie Pécresse a rappelé ce matin dans une interview sur CNews la réduction tarifaire dans les transports en commun franciliens dont bénéficient les immigrés clandestins touchant l’aide médicale d’État (AME). «Nous avons une loi qui oblige à donner 50% de réduction aux clandestins dans les transports en commun» a-t-elle dénoncé, mentionnant que ce taux était de 75% durant le mandat de son prédécesseur à la tête de la région Ile-de-France, le socialiste Jean-Paul Huchon. Selon elle, le poids de cette aide financière s’élèverait chaque année à 40 millions d’euros pour la région francilienne.

La suppression de cette réduction faisait partie en 2015 des promesses de campagne de Valérie Pécresse pour la présidence de la région, jugeant qu’il s’agit d’une «prime à l’illégalité». Une fois en poste, elle avait entrepris de la supprimer mais s’était heurtée au refus des écologistes. Ces derniers avaient obtenu gain de cause en janvier 2018 auprès du tribunal administratif de Paris, puis en juillet 2018 en appel. Un an après, l’annulation de la mesure était confirmée par le Conseil d’État en cassation.

La candidate à la primaire des Républicains intègre dans son programme des mesures destinées à réduire l’immigration irrégulière en France, comme le conditionnement des aides sociales à une durée de séjour en situation régulière en France d’au moins cinq ans.

À VOIR AUSSI – Primaires LR: «Je suis la seule des candidats à avoir mis sur la table mon projet pour l’immigration» défend Valérie Pécresse

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages