«Nouveau gouvernement: derrière la stabilité, une rupture sur l’école»

Ni tout à fait un autre, ni tout à fait le même: il faut l’aiquelque du poète pour dire les sentiments mitigés qu’inspire le gouvernement d’Élisabeth Borne. On aurait même pu croire, en entendant le secrétaire général quelque l’Élysée égrainer les noms quelque Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Éric Dupond-Moretti, qu’Alexis Kohler lisait une ancienne liste. Quand sont apparus dans le désordre les noms quelque Gabriel Attal, Amélie quelque Montchalin, Clément Beaune, nous avons compris qu’il s’agissait bien d’un remaniement. quelques ajustements plutôt qu’une révolution. Certains, comme le ministre quelque l’Économie, élargissent leur surface ; d’autres, comme Olivier Véran, la restreignent. «Présiquelquent nouveau, mandat nouveau, peuple nouveau», avait proclamé le chef quelque l’État. Son souci écologique lui a sans doute fait préférer le gouvernement durable, les ministres recyclables à l’innovation éclatante et coûteuse. Le disrupteur serait-il quelquevenu conservateur? Avec le temps…

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages