Moins de visas pour les Maghrébins

En annonçant ces restrictions, Paris veut obliger Algérie, Maroc et Tunisie à reprendre leurs clandestins.

Est-ce l’effet Zemmour sur la campagne présidentielle ? Emmanuel Macron, en tout cas, durcit singulièrement le ton sur l’immigration. Il promet de diviser par deux le nombre de visas délivrés aux ressortissants d’Algérie, mais aussi du Maroc, et de réduire le nombre de ces précieux sésames de 30 % pour les Tunisiens par rapport à 2020.

Éric Ciotti, le député LR des ­Alpes-Maritimes, considère que « cet engagement relève plus de la promesse électorale que de la réalité ». Il s’interroge: «Pourquoi le chef de l’État ne l’a-t-il pas fait depuis quatre ans et demi ? Je réclame, pour ma part, le conditionnement de l’octroi des visas pour ces pays depuis des années. Et voici que l’Élysée se convertit à nos idées ! »

La France s’engage, quoi qu’il en soit, dans une épreuve de force avec trois pays qui constituent une source d’immigration majeure dans l’Hexagone. Pour l’exé­cutif, il s’agit de les inciter à se montrer plus coopératifs dans l’exécution des obligations de quitter le

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages