les États-Unis rouvriront les frontières à tous les voyageurs vaccinés «début novembre»

La Maison-Blanche a fait cette annonce ce lundi. Les restrictions étaient en vigueur depuis mars 2020. Voici les nouvelles formalités d’accès pour les touristes français.

Après le gouvernement britannique qui a annoncé vendredi 17 septembre un assouplissement des conditions d’entrée en Angleterre pour les voyageurs vaccinés, les États-Unis vont à leur tour autoriser l’entrée sur leur territoire aux voyageurs vaccinés contre le Covid-19, a annoncé ce lundi la Maison-Blanche. À partir du 1er novembre, les voyageurs pourront donc se rendre aux États-Unis mais devront, en plus de présenter une preuve de vaccination contre le Covid, se faire tester dans les trois jours précédant leur voyage et porter un masque.

Un système de suivi des contacts sera mis en place, a également indiqué le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison-Blanche, Jeff Zients. Selon lui, les États-Unis ont pris le temps de mettre en place un système global basé sur «les individus» et non sur des différences de traitement selon les pays de provenance. La Maison Blanche n’a pas précisé dans l’immédiat quels vaccins permettraient de rentrer sur le sol américain.

À VOIR AUSSI – Covid-19: Antony Blinken se dit «très heureux» de la réouverture des frontières américaines aux voyageurs vaccinés

«Une bonne nouvelle pour les entreprises»

Selon le commissaire européen Thierry Breton, chargé de coordonner l’approvisionnement de l’Union européenne en vaccins anti-Covid, «cela concerne l’ensemble des personnes vaccinées avec des vaccins qui sont reconnus par la FDA», l’agence américaine du médicament, soient ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson&Johnson (Janssen). Le sérum du groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca et les vaccins russe et chinois en seraient ainsi exclus. Thierry Breton a toutefois indiqué que les autorités américaines allaient examiner la possibilité de lever les restrictions pour les Européens vaccinés par AstraZeneca. Jeff Zients «m’a dit que pour les autres vaccins, pour AstraZeneca notamment, c’est leur agence de santé qui allait décider mais il avait l’air d’être positif et optimiste», a-t-il déclaré à l’AFP.

Washington lève donc des restrictions qui concernaient depuis mars 2020 les voyageurs en provenance notamment de l’Union européenne, du Royaume-Uni, ou de Chine, puis s’appliquant plus tard à l’Inde ou au Brésil. La Commission européenne a salué cette annonce soulignant qu’il s’agissait d’une décision «attendue depuis longtemps».

«Nous nous félicitons de l’annonce faite par les États-Unis selon laquelle les voyageurs européens entièrement vaccinés pourront bientôt voyager à nouveau aux États-Unis. Il s’agit d’une mesure attendue depuis longtemps par les familles et les amis séparés, et d’une bonne nouvelle pour les entreprises», a indiqué la Commission sur Twitter. Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM a jugé cette nouvelle «formidable» alors que les vols transatlantiques représentent une part substantielle de ses revenus. Les fédérations du secteur Airlines for Europe et Airlines for America ont aussi «applaudi» l’annonce. Pour la Chambre de commerce américaine, cette mesure «contribuera à favoriser une reprise robuste et durable de l’économie américaine».

Quelles sont les formalités pour les touristes français ?

La Maison-Blanche a annoncé ce lundi qu’elle autorise à partir de début novembre 2021 l’entrée aux États-Unis des voyageurs vaccinés en provenance de l’Union européenne et du Royaume-Uni. AFP

Toute personne souhaitant prendre l’avion pour les États-Unis devra prouver qu’elle a été entièrement vaccinée. Les Français âgés de 2 ans ou plus voyageant à destination des États-Unis devront présenter lors de leur embarquement le résultat d’un test de dépistage négatif au Covid-19 réalisé dans les trois jours calendaires précédant le vol. Ces mesures s’appliquent même en cas de simple transit sur le territoire américain.

En outre, une attestation est à renseigner et à présenter à l’embarquement : Passenger Disclosure and Attestation to the United States of America

Les passagers ayant déjà été testés positifs au Covid-19 en mesure de présenter un résultat de test positif accompagné d’une lettre établie par un professionnel de santé attestant de leur capacité à voyager peuvent être dispensés de cette obligation de test.

Comme indiqué plus haute, la Maison-Blanche n’a pas encore précisé quels vaccins permettraient de rentrer sur le sol américain. C’est loin d’être un détail, nombre de Britanniques et d’Européens ont reçu le vaccin AstraZeneca, qui n’est pas reconnu aux États-Unis où seuls le sont ceux de Pfizer/BioNTech, de Moderna et de Johnson&Johnson (Janssen).

Enfin, les voyageurs devront communiquer leur numéro de téléphone et leur adresse électronique pour assurer un suivi de contact.

Les voyagistes optimistes

Les voyageurs devront tout de même se faire tester et porter un masque. DANIEL SLIM / AFP

Les frontières américaines sont fermées à des millions de voyageurs internationaux, qu’ils soient testés ou vaccinés, depuis mars 2020, une situation qui a provoqué une impatience croissante chez les Européens notamment, causant des situations personnelles et familiales douloureuses. Cet été, les tour-opérateurs hexagonaux, eux, se disaient optimistes quant à la reprise du tourisme vers New York ou les parcs nationaux. Ils voulaient même croire en une réouverture des frontières aux Européens dès juillet. Raté. Il faut dire que les enjeux économiques sont colossaux, appuie-t-on chez Marco Vasco (groupe Figaro), l’un des spécialistes de la destination. « Il y a plein de raisons factuelles auxquelles se raccrocher, avançait son PDG, Alexandre Vercoutre lors d’une interview au début de l’été. Avant la pandémie, le secteur du tourisme international faisait travailler à peu près 1,2 million de personnes aux États-Unis. Deux tiers des emplois soit environ 800.000 postes ont été détruits durant la crise sanitaire ».

L’annonce arrive à point nommé dans un contexte de grande tension entre la France et les États-Unis dans une affaire de vente de sous-marins, mais Jeff Zients, sans se prononcer sur une éventuelle visée diplomatique, a insisté sur le fait que la décision elle-même était «dictée par la science».

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages