les Bourses asiatiques dévissent, le prix de l’or s’envole

Alors que les hostilités en Ukraine inquiètent toujours plus les investisseurs, ceux-ci ont permis au métal précieux d’atteindre un pic de 2.000,86 dollars l’once, son plus haut niveau depuis septembre 2020.

La Bourse de Tokyo dévissait lundi en matinée alors que les cours du pétrole poursuivaient leur vertigineuse progression, des sanctions occidentales contre les hydrocarbures russes étant désormais ouvertement sur la table face à la guerre en Ukraine qui s’intensifie. L’indice vedette Nikkei chutait de 3,03% à 25.197,50 points peu après 01H00 GMT (2 heures, heure française), tandis que l’indice élargi Topix lâchait 2,91% à 1.791,25 points.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a déclaré dimanche que les États-Unis et l’Union européenne discutaient «très activement» de la possibilité d’interdire les importations de pétrole russe en réponse à l’invasion de l’Ukraine. Même si les exportations de pétrole russe ne sont pas sanctionnées pour l’instant en théorie, elles ne trouvent déjà quasiment plus preneur, ce qui perturbe grandement l’offre mondiale d’or noir.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a ainsi frôlé les 140 dollars dimanche vers 23H00 GMT (minuit, heure française), proche de son record absolu de 147,50 dollars atteint en juillet 2008, avant de redescendre tout en demeurant en forte progression, comme le baril américain de WTI. «À moins d’une fin des hostilités, il n’y a pas grand-chose à l’horizon pour ralentir» la montée des cours du pétrole, selon une note de la National Australia Bank publiée lundi.

Les investisseurs se réfugient dans l’or

La Bourse de Hongkong a, de son côté, plongé de plus de 3% lundi à l’ouverture. À Hongkong, dans les premiers échanges, l’indice composite Hang Seng cédait 3,59% à 21.118,16 points, à l’unisson des marchés financiers mondiaux. La place hongkongaise avait déjà cédé 2,54% vendredi à la suite du bombardement de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d’Europe. L’indice Hang Seng a perdu 3,8% sur l’ensemble de la semaine dernière.

Les places de Chine continentale étaient également en repli mais nettement moindre lundi matin: la Bourse de Shanghai cédait 0,26% à 3.483,56 points et celle de Shenzhen 0,53% à 2.252,7 points.

En parallèle, l’or a dépassé les 2000 dollars dans les échanges asiatiques lundi matin, les investisseurs se réfugiant dans cette valeur face aux craintes de l’impact de la guerre. Le métal précieux a atteint un pic de 2.000,86 dollars l’once, son plus haut niveau depuis septembre 2020.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages