Le XV de France se sort du piège argentin

Pour leurs retrouvailles avec le public du Stade de France, les Bleus ont souffert face à des Pumas agressifs. Quelques coups d’éclat et une grosse présence défensive leur ont permis de s’imposer.

Au Stade de France

Le récital espéré, promis en quelque sorte, avec l’association Jalibert-Ntamack, a fait pschitt. Pas assez d’automatismes entre les deux meilleurs 10 français. Et une défense très agressive des Argentins qui ont réussi, comme trop souvent, à faire perdre leurs nerfs, et donc le fil, aux Bleus, qui ont tout de même assuré l’essentiel en l’emportant 29-20. Des Bleus très nerveux pour quelques premières échauffourées. L’énorme bévue de Matthieu Jalibert, sous pression depuis le début du match, a achevé de mettre le feu aux poudres. Le maître à jouer de l’UBB tape son coup de pied de renvoi trop près de sa ligne des 22. Pablo Matera le contre, file vers l’en-but et, malgré les retours désespérés des défenseurs bleus, permet à son demi de mêlée, Tomas Cubelli, d’aplatir au pied des poteaux français. On joue depuis 22 minutes et les Pumas prennent l’avantage, 7 à 6.

Les minutes qui suivent sont encore plus crispées. Les prises de bec se multiplient. Après avoir déjà averti les deux capitaines, l’arbitre néo-zélandais décide, légitimement, de sévir. Julien Marchand et Marcus Kremer sont priés d’aller se calmer dix minutes. Le temps pour Melvyn Jaminet d’inscrire une troisième pénalité, de rater la quatrième et la mi-temps est sifflée sur un court avantage, 9 à 7, pour les hommes d’Antoine Dupont.

L’obstination tricolore récompensée

Le passage aux vestiaires a apaisé les esprits surchauffés. Et si l’arrière argentin Emiliano Boffelli redonne l’avantage à son équipe dès la 47e minute (9-10), la réaction tricolore est instantanée. Les temps de jeu s’enchaînent dans les 22 mètres des Pumas jusqu’à une passe de Jalibert pour son deuxième-ligne Thibaud Flament. Le Toulousain, qui honore sa première sélection, emporte tout pour terminer sa charge dans l’en-but (49e). 16-10 pour des Bleus qui lancent enfin une grande cavalcade. Gabin Villière s’échappe sur son aile d’une course rageuse, redonne à Gaël Fickou qui l’avait lancé. Et surgit l’inévitable Antoine Dupont pour un essai de 70 mètres ! Annulé par l’arbitre pour un léger en-avant de Jaminet sur sa réception de chandelle tout au début de l’action…

Un moment de dépit mis à profit par l’ex-arrière du Racing pour ramener une nouvelle fois les Pumas à portée de crocs (16-13, 60e). Les joueurs français poursuivent leur forcing, campent dans le camp adverse, se procurent des occasions. Qui n’aboutissent pas pour cause d’agaçantes fautes de main. C’est finalement le buteur catalan qui redonne, une fois encore, un peu d’air à son équipe (19-13, 63e). Les Bleus ont le mérite de ne pas ruminer leurs petites erreurs pour continuer à pousser. Et sont bientôt récompensés de leur obstination. Matthieu Jalibert navigue dans la défense, est plaqué mais parvient, au sol, à servir acrobatiquement Peato Mauvaka. Le talonneur remplaçant, lancé, achève sa course dans l’en-but argentin. La transformation de Jaminet donne enfin un bon matelas aux Bleus (69e, 26-13). Qu’ils préservent. Acculés sur leur ligne d’en-but, Fickou et ses partenaires plaquent à tour de bras, repoussent l’assaillant pour, finalement, récupérer le ballon.

Un dernier coup du sort fait craindre le pire. À lutte pour un ballon aérien, Boffelli profite d’un rebond sur le visage de Jaminet pour servir son ailier, Mateo Carreras. Un essai casquette qui, à la 76e minute, redonne l’espoir aux Argentins (26-20). Mais les Bleus, toujours aussi solides en défense (seulement 6 plaquages manqués, contre 36 par leurs adversaires), arrachent une dernière pénalité. Convertie par un Jaminet presque impeccable (7 sur 8, 19 points) pour une victoire poussive mais précieuse, 29 à 20.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages