le rival du PDG limogé

Luciano Cirina avait déjà été suspendu il y a 5 jours de son poste.

Le numéro un de l’assurance en Italie, Generali, a annoncé lundi avoir limogé avec effet immédiat Luciano Cirina, responsable de l’Autriche et de l’Europe de l’Est, en lice pour le poste de PDG, défiant ainsi Philippe Donnet, candidat à un troisième mandat. Luciano Cirina avait déjà été suspendu il y a 5 jours de son poste. Le conseil d’administration de Generali «a décidé de limoger avec effet immédiat» Luciano Cirina, indique lundi un communiqué de l’assureur.

«La décision est motivée par la violation des obligations de loyauté et par la grave violations d’autres obligations prévues par le contrat de travail», ajoute le communiqué, sans autre précision.

Luciano Cirina a été proposé pour le poste de PDG par le magnat de la construction Francesco Gaetano Caltagirone, deuxième actionnaire de Generali, qui s’oppose à la reconduction de Philippe Donnet, aux commandes de l’assureur depuis 2016.

Gaetano Caltagirone a présenté à la mi-mars une liste de treize candidats qui sera soumise au vote de l’assemblée générale des actionnaires prévue le 29 avril, concurrençant celle approuvée auparavant par le conseil d’administration sortant qui comprend également treize candidats, dont Philippe Donnet.

Frondeurs

Gaetano Caltagirone et son allié Leonardo Del Vecchio, fondateur du fabricant de lunettes Luxottica, qui détient une part de 6,6%, se disputent le contrôle de l’assureur avec Mediobanca, principal actionnaire avec 12,8% du capital mais 17,2% des droits de vote.

Gaetano Caltagirone avait claqué la porte du conseil d’administration avec fracas à la mi-janvier, suivi peu après du représentant de Leonardo Del Vecchio. Au poste de président du conseil d’administration, Gaetano Caltagirone propose Claudio Costamagna, un ancien banquier de Goldman Sachs, qui a présidé la Caisse des dépôts italienne (CDP) de 2015 à 2018.

Le conseil d’administration sortant a de son côté choisi comme candidat à ce poste Andrea Sironi, président de Borsa Italiana et professeur d’économie à l’université Bocconi à Milan.

Philippe Donnet avait publié en décembre son plan 2022-24 axé sur la croissance, dans lequel Generali s’engage notamment à reverser entre 5,2 et 5,6 milliards d’euros à ses actionnaires d’ici 2024 sous forme de dividendes.

Les frondeurs ont en revanche présenté vendredi un plan stratégique qu’ils ont qualifié de «plus ambitieux» que celui de M. Donnet, prévoyant, entre autres, un bénéfice net de 4,2 milliards d’euros en 2024 contre 2,8 milliards en 2021.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages