Le meurtre du député britannique David Amess qualifié d’attaque terroriste

Cinq ans après celui de la députée travailliste Jo Cox, le meurtre de l’élu conservateur ébranle tout le Royaume-Uni. Un homme de 25 ans a été arrêté.

Cinq ans après le meurtre de la députée travailliste Jo Cox par un néonazi dans sa circonscription du Yorkshire, le Parlement de Westminster et tout le Royaume-Uni sont ébranlés par le meurtre de David Amess, 69 ans, dans le sud de l’Angleterre.

L’élu conservateur de Southend West, l’une des deux circonscriptions de Southend-on-Sea, une station balnéaire située à l’est de Londres, a été attaqué vendredi peu avant 12 h 05 à coups de couteau alors qu’il tenait une permanence dans une église méthodiste de Leigh-on-Sea. Malgré l’arrivée rapide des secours, David Amess n’a pas survécu à ses blessures.

Plusieurs députés déjà attaqués par le passé

Un homme de 25 ans a été immédiatement arrêté sur place, soupçonné de meurtre. Plusieurs médias britanniques ont rapporté que cet homme serait un ressortissant britannique d’origine somalienne. Un couteau a été retrouvé sur place, a précisé la police de l’Essex, qui ne recherche «personne d’autre». L’enquête a rapidement été confiée aux services antiterroristes. Mais ce n’est que dans la nuit que l’attaque a été officiellement qualifiée de «terroriste» par les services de police.

David Amess était l’un des députés à la carrière politique la plus longue à la Chambre des Communes. Élu pour la première fois en 1983 à Basildon, une autre circonscription de l’Essex, il avait été réélu sans interruption comme représentant de Southend West depuis 1997. En dépit de sa longue carrière, le nom de cet eurosceptique de longue date, opposé à l’avortement, au mariage homosexuel et à la chasse à courre, était inconnu du grand public.

Son meurtre a provoqué une onde de choc dans l’ensemble de la classe politique, et bien au-delà des cercles du pouvoir. Le premier ministre Boris Johnson a exprimé son « choc » et sa « tristesse ». Le vice-premier ministre Dominic Raab a rendu hommage à un « formidable militant avec un grand cœur et une incroyable générosité d’esprit, y compris envers ceux avec qui il était en désaccord ». « Repose en paix mon ami. »

À voir aussi – Boris Johnson confie «sa tristesse» après le meurtre du député David Amess

La sécurité des députés

« Comme Jo Cox avant lui, (David Amess) servait simplement sa circonscription», a réagi le journaliste politique de la BBC Lewis Goodall, faisant référence à un message publié mardi par le député indiquant le jour et le lieu exact de sa prochaine permanence. Jo Cox avait elle aussi été assassinée en pleine permanence le 16 juin 2016.

Le meurtre de David Amess relance le débat sur la sécurité des membres de la Chambre des Communes et de leur entourage. Le speaker de la Chambre des Communes, l’arbitre des débats entre députés, s’est dit « choqué et particulièrement troublé » par l’attaque mortelle dont a été victime David Amess. « Dans les prochains jours, il nous faudra débattre et examiner la sécurité des députés », a ajouté Lindsay Hoyle.

En 2018, soit deux ans après l’assassinat de Jo Cox, un néonazi de 23 ans avait été condamné pour avoir préparé l’assassinat d’une autre députée travailliste, et en 2010, le député travailliste Stephen Timms avait réchappé à une violente attaque au couteau perpétrée par une extrémiste islamiste dans l’est de Londres.

À VOIR AUSSI – La violence augmente-t-elle vraiment en France?

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages