le film de la soirée de victoire de Yannick Jadot à la primaire écologiste

L’eurodéputé, qui l’a emporté d’une courte tête face à Sandrine Rousseau, a appelé au rassemblement de la famille écologiste. «Le plus dur commence», a-t-il lancé à la presse.

Au bord de la péniche, tout le monde retient son souffle. Une rumeur passe de bouche-à-oreille. Yannick Jadot l’emporterait d’une très courte tête sur son adversaire Sandrine Rousseau. Les militants et soutiens de l’eurodéputé n’osent pas encore y croire. Soudain, le candidat apparaît. «Les amis, j’avais préparé un discours au cas où, on ne sait jamais. Je voudrais vous remercier infiniment parce que je suis le candidat des écologistes à la présidentielle», lance-t-il au micro. La salle exulte. «Jadot président, Jadot président», clament les militants.

À VOIR AUSSI – Primaire écologiste: les premiers mots de Yannick Jadot suite à son élection

Les résultats officiels sont tombés : l’eurodéputé recueille 51,03% des suffrages, l’ex-porte-parole, 48,97%. Un militant souffle : «Un favori gagne la primaire des écologistes, c’est un miracle!» Micros et caméras foncent sur Jadot. «C’est une immense joie. Ça a été une primaire serrée», reconnaît-il. Avant d’ajouter : «Le plus dur commence. Nous sommes préparés.»

«Nous rendrons le pouvoir aux Français»

Au loin apparaît alors une sorte de chaîne humaine. Fondue dans la masse, Sandrine Rousseau, happée par quelques militants, arrive. Yannick Jadot s’empresse de venir accueillir la candidate déchue. Pas de longue tirade pour les deux rivaux, une simple accolade suffit avant que chacun regagne son cercle. Devant les journalistes, Sandrine Rousseau tient à «féliciter Yannick Jadot pour sa victoire, lui dire bravo». Et remercie aussi d’un ton calme le parti «pour la tenue exemplaire de cette primaire, organisée dans le respect des différences de nos points de vue et un attachement essentiel au débat démocratique.»

Elle l’assure aussi : elle prendra part à la campagne pour «porter enfin l’écologie à l’Élysée». «Évidemment, je tracterai pour l’écologie», a même ajouté l’écoféministe. D’un tour de talon, Sandrine Rousseau repart aussitôt dans son fief. Adressant un salut timide à son ancien adversaire, elle prend la route comme elle est venue : entourée de ses plus fervents soutiens.

À VOIR AUSSI – Présidentielle 2022 : Yannick Jadot remporte la primaire écologiste avec 51,03% des voix

Quelques minutes après, Yannick Jadot débarque à son tour devant les caméras. «Dans les débats immondes, vous avez dit stop, vous avez sifflé la fin de la récréation», martèle l’eurodéputé. «L’avenir de notre pays, de notre France, est plus beau, plus fier que leur délire identitaire», poursuit-il, visant sans le nommer le polémiste Eric Zemmour. «Demain, dès que nous accéderons aux responsabilités, nous rendrons le pouvoir aux Français», promet-il, remerciant ses adversaires malheureux et les invitant à le rejoindre.

Yannick Jadot déroule ensuite certaines mesures phares, évoquant un «ISF climatique», un «plan santé» au travail ou encore «un revenu citoyen dès 18 ans». «Nous éradiquerons la pauvreté!», certifie-t-il également. Avant de monter dans une voiture, direction le 20H de France 2, où il n’a une fois de plus cessé de répéter ses ambitions : «Le temps de l’écologie est venu dans ce pays, a-t-il assuré. Je veux être le président du climat.» «On ne vient pas pour témoigner, on vient pour gagner», a-t-il finalement martelé. Pour lui, tout commence – vraiment – ce mardi soir.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages