Lancement des négociations salariales dans l’hôtellerie-restauration ce jeudi

Le secteur veut attirer de nouveaux candidats, après avoir perdu plus de 200.000 travailleurs pendant la crise sanitaire.

Comment rendre le secteur de l’hôtellerie-restauration plus attractif ? Ce jeudi, syndicats et patronats engagent des négociations sur les conditions de travail dans leur branche. Au cœur des discussions, la question de la rémunération dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Depuis la rentrée, le gouvernement met sous pression les professionnels du secteur en leur réclamant des augmentations rapides et significatives des salaires pour attirer de nouveaux candidats.

Grands bénéficiaires du chômage partiel et du fonds de solidarité pendant la pandémie, les patrons semblent disposés à améliorer les conditions de travail dans l’hôtellerie-restauration. Thierry Grégoire, responsable des sujets sociaux au sein du principat syndicat patronal UMIH, a proposé dans une interview au Parisien des augmentations de 6 à 9 %, un treizième mois ou encore la possibilité de ne pas travailler un week-end par mois.

Durement affecté par les confinements successifs et les différentes mesures sanitaires dans leurs établissements, l’hôtellerie-restauration est l’un des secteurs qui a été le plus affecté par la pandémie. 237.000 travailleurs ont quitté le secteur depuis février 2020, soit près de 20% des effectifs. En plein rebond de son activité, la branche connaît désormais des pénuries de main-d’œuvre. Les négociations salariales pour tenter de remédier à cette situation doivent s’étendre jusqu’à fin décembre.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages