Kyle Rittenhouse, le tireur de Kenosha, acquitté par la justice

Les jurés d’un tribunal de l’État du Wisconsin ont considéré que le jeune américain avait agi en état de légitime défense et ont rejeté tous les chefs d’accusation retenus contre lui.

Correspondant à Washington

Kyle Rittenhouse, le jeune homme accusé d’avoir tué deux personnes et blessé une troisième lors de manifestations contre les violences policières en août dernier à Kenosha, dans le Wisconsin, a été déclaré non coupable. Après plusieurs jours de délibération, le jury a jugé que Rittenhouse avait agi en état de légitime défense et a rejeté tous les chefs d’accusation retenus contre lui.

Au moment de la lecture du verdict, Rittenhouse, tremblant, a fondu en larmes et s’est effondré. Sa mère et d’autres membres de sa famille pleuraient aussi dans la salle. Rittenhouse avait été inculpé d’homicide, de tentative d’homicide et de mise en danger de la vie d’autrui après avoir ouvert le feu avec un fusil semi-automatique de type AR-15 au cours d’émeutes qui avaient éclaté en marge de manifestations contre les violences policières à l’encontre des Noirs.

Même si le jeune homme et ses victimes sont tous Blancs, ainsi que la majorité des jurés, l’affaire a vite pris un tour politique et symbolique aux États-Unis, soulevant la question du port d’armes à feu, de la légitime défense, et de l’injustice raciale. Les commentateurs républicains ont fait de Rittenhouse un héros, venu défendre des propriétés dévastées par des émeutiers que la police n’était pas capable d’arrêter, et qui n’avait ouvert le feu qu’en état de légitime défense. Plus de deux millions de dollars ont été levés pour payer ses avocats.

Les démocrates avaient accusé le jeune homme d’être un suprémaciste blanc, et d’avoir tiré sur des manifestants tout en bénéficiant de la complaisance de la police à cause de sa couleur de peau. Les faits, abondamment filmés par des drones et des téléphones portables, n’ont été remis en cause ni par la défense, ni par l’accusation. Mais leur interprétation a donné lieu à d’intenses débats.

Traitement de faveur ?

Âgé de 17 ans à l’époque, Rittenhouse était venu à Kenosha à l’appel de groupes de citoyens venus défendre des magasins, dont plusieurs avaient été pillés et incendiés les nuits précédentes. Rittenhouse était armé d’un fusil semi-automatique, acheté pour lui par le petit ami de sa sœur. Pris dans une échauffourée, il a affirmé n’avoir ouvert le feu qu’après qu’un manifestant, Rosenbaum l’a poursuivi et se soit emparé de son arme. Il a dit qu’il avait eu peur qu’on lui arrache son fusil et qu’on l’utilise pour le tuer.

Il a tué le deuxième homme, Huber, qui le frappait à la tête avec une planche à roulettes, et grièvement blessé le troisième, Grosskreutz qui pointait vers lui un pistolet. La vidéo et les témoignages de certains des témoins de l’accusation semblent étayer la thèse de la légitime défense de Rittenhouse.

Mais des militants des droits civiques ont dénoncé le traitement de faveur dont il a bénéficié, selon eux en raison de sa couleur de peau. Rittenhouse n’avait pas été arrêté par la police alors qu’il venait d’ouvrir le feu sur trois personnes. Au cours de son procès, l’attitude du juge a aussi été considérée comme complaisante. Le magistrat a fait applaudir les anciens combattants le 11 novembre, et a laissé Rittenhouse tirer lui-même au sort le nom des jurés. En prévision de troubles possibles, les écoles de Kenosha ont été fermées ces derniers jours, et des soldats de la garde nationale mobilisés.

À VOIR AUSSI – États-Unis: 88 millions de dollars pour les victimes de la tuerie dans une église noire de Charleston

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages