Guerre en Ukraine : la Russie affirme que les sanctions pourraient provoquer la chute de la Station spatiale internationale

Les forces russes sont positionnées autour de Kiev samedi matin et «bloquent» Marioupol, où des milliers de personnes subissent un siège dévastateur, dans le sud de l’Ukraine, pays bombardé depuis plus de deux semaines. Les médias locaux rapportaient samedi matin des sirènes d’avertissement anti-bombardement sur l’ensemble du territoire ukrainien, notamment les grandes villes Kiev, Odessa, Dnipro et Kharkiv.

Après douze jours de siège, Marioupol, port stratégique, se trouve sans eau, sans gaz, sans électricité, sans communications, et on y voyait ces derniers jours des gens se battre pour de la nourriture. Une situation «quasi désespérée», a alerté Médecins sans frontières (MSF). «L’ennemi bloque toujours Marioupol», a lancé vendredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky. «Les troupes russes n’ont pas laissé entrer notre aide dans la ville», a-t-il ajouté promettant d’essayer une nouvelle fois d’y acheminer «demain», samedi, nourriture, eau et médicaments.

» LIRE AUSSI – Guerre en Ukraine : Marioupol, ville assiégée et port stratégique sur la mer d’Azov

«Les sièges sont une pratique médiévale» interdite par les lois modernes de la guerre, s’est indigné Stephen Cornish, le patron de MSF Suisse et l’un des coordinateurs de l’action de l’ONG en Ukraine dans un entretien à l’AFP. «Marioupol assiégée est à présent la pire catastrophe humanitaire sur la planète. 1582 civils tués en 12 jours, enterrés dans des fosses communes comme celle-ci», a pour sa part accusé vendredi le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba dans un tweet accompagnée de la photo d’une tranchée.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages