François Bayrou va donner son parrainage à Marine Le Pen

Le président du MoDem assure que malgré son opposition aux «thèses» défendues, il est nécessaire que des candidats comme Marine Le Pen ou Éric Zemmour «participent à cette élection».

Le geste lui cause «un pincement au cœur», mais il le fait pour la démocratie. À quelques jours de la fin de la collecte des parrainages, François Bayrou prend ses «responsabilités». Invité du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, le président du MoDem a annoncé accorder sa signature à Marine Le Pen, dont la candidature est inquiétée par cette difficile quête.

«Ça ne correspond pas véritablement aux rêves que j’ai des engagements politiques», a affirmé François Bayrou, insistant sur le fait que son parrainage ne s’apparente en rien à un soutien. «Je sais bien que beaucoup de gens se foutent de la démocratie, pourvu que leurs idées triomphent. Ça n’est pas mon point de vue. Je suis radicalement opposé aux thèses de ces candidats et cependant je dis qu’il faut qu’ils participent à cette élection», s’est-il encore justifié, visant par là Éric Zemmour, Marine Le Pen ou encore Jean-Luc Mélenchon qui a récemment récolté les 500 signatures.

Signataires d’une «garantie d’impartialité»

Sa démarche s’inscrit dans celle de la «banque des parrainages», récemment mise en place pour permettre aux candidats de poids dans les sondages de franchir cette étape de plus en plus complexe. Selon lui, l’appel lancé a d’ailleurs connu un «succès remarquable» et près de 400 élus y ont adhéré. Tous signataires d’une «garantie d’impartialité», il leur revient désormais de répartir leurs paraphes comme ils le souhaitent avec comme priorité de permettre à Éric Zemmour (415 signatures) et Marine Le Pen (414) de pouvoir concourir.

«J’assume ma responsabilité jusqu’au bout», a ainsi fait savoir François Bayrou qui se prête à son tour au jeu. Selon lui, tous les candidats en difficultés l’ont sollicité, mais il manque aujourd’hui à Marine Le Pen «une voix de plus» qu’à son concurrent et elle est «en tête des sondages». Sur les réseaux sociaux, la candidate a remercié le maire de Pau de son geste, déclarant que «malgré nos désaccords politiques, sa démarche vise à faire vivre notre démocratie».

Concernant les autres prétendants moins influents dans les enquêtes d’opinion, il n’est pas exclu que ce réservoir d’élus leur vienne en aide. «Il faudra 170 signatures pour qu'(Éric Zemmour et Marine Le Pen) puissent accéder à cette élection. Ça signifie qu’il restera des signatures (…), donc il est possible qu’une partie de ces maires décide de parrainer quelqu’un d’autre.»

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages