Éric Zemmour se déclare candidat à l’élection présidentielle de 2022

Le polémiste a officialisé sa décision dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux ce mardi. Il sera l’invité du 20H de TF1 dans la soirée.

Le dernier étage de la fusée. Comme le laissaient présager son attitude et ses déclarations depuis la rentrée, Éric Zemmour a officiellement annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. «Mes chers compatriotes, (…) comme vous, j’ai décidé de prendre notre destin en main. (…) Il n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver. J’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle. (…) Vive la République, et surtout vive la France !», a confirmé le nationaliste dans une vidéo publiée ce mardi 30 novembre sur les réseaux sociaux, dans laquelle il reprend les codes du Général de Gaulle lors de l’appel du 18-Juin : assis à un bureau, dans une bibliothèque, face à un imposant micro de radio. Le tout avec, pour fond musical, l’adagio de la 7e symphonie de Beethoven. Une déclaration dont le format est inédit sous la Ve République, pour un parcours qui l’est tout autant.

En l’espace de deux mois seulement, Éric Zemmour a en effet su exploiter la tournée promotionnelle de son dernier livre, La France n’a pas dit son dernier mot (Éd. Rubempré), pour en faire une rampe de lancement pour sa candidature. Crédité d’à peine 5% d’intentions de vote l’été dernier, le sexagénaire a enregistré une progression fulgurante dans les sondages, qui l’a catapulté à près de 18% des voix. Un résultat qui le place régulièrement devant Marine Le Pen (RN), et lui permet d’espérer une qualification au second tour du scrutin face à Emmanuel Macron.

Reste que cette impressionnante dynamique a semblé s’enrayer ces derniers jours, après une succession de polémiques. De ses propos répétés sur le maréchal Pétain, qui aurait «sauvé des Juifs français» durant la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à ses accusations contre François Hollande, proférées le 13 novembre dernier devant le Bataclan, Éric Zemmour s’est enferré dans une mauvaise passe dont il peine à se sortir. Avec, en point d’orgue, son échange de doigt d’honneur avec une militante «antifa» samedi, venu conclure un déplacement chaotique à Marseille ce week-end.

De journaliste à candidat, la mue a insidieusement démarré il y a des années

Invité du 20H de TF1 ce mardi soir, le désormais candidat mise beaucoup sur la séquence qui s’ouvre devant lui pour inverser la tendance. Il compte notamment sur son premier grand meeting de campagne, prévu ce dimanche 5 décembre au Zénith de Paris, pour se livrer à une démonstration de force, et achever ainsi sa mue. Laquelle a en réalité débuté insidieusement il y a déjà plusieurs années.

Ancien journaliste de presse écrite, l’essayiste a en effet enfilé tour à tour les casquettes de chroniqueur, éditorialiste, puis polémiste à la radio et à la télévision, avant de s’imposer comme un auteur à succès, et un acteur incontournable du débat public. Au point de se laisser convaincre ces derniers mois par certains de ses amis, qui l’encourageaient de longue date à sauter le pas, et tenter sa chance en politique.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages