EN DIRECT – Ukraine : le Quai d’Orsay invite les ressortissants français à quitter le pays «sans délai»

La posture de Vladimir Poutine au paroxysme de la crise russo-ukrainienne laisse transparaître un dirigeant «paranoaïque» et isolé, disent responsables occidentaux et analystes.

» LIRE AUSSI – Vladimir Poutine: l’ivresse de la toute-puissance et le désir de revanche

La réunion en direct du Conseil de sécurité russe lundi, dans le décor très solennel du Kremlin, a glacé le monde entier. «Proposez-vous de commencer un processus de négociation (…) ou de reconnaître la souveraineté des républiques» séparatistes en Ukraine, demande Vladimir Poutine, un sourire ironique en coin, au chef du Service des renseignements extérieurs, Sergueï Narychkine. «Parlez clairement», lance-t-il à l’intéressé qui s’est mis à bafouiller. «Je soutiendrai la proposition» de reconnaissance, esquisse alors Sergueï Narychkine. «Je soutiendrai ou je soutiens (..) Oui ou non ?», s’énerve Vladimir Poutine, humiliant en direct ce haut responsable.

Vladimir Poutine lors d’une cérémonie d’hommage, sur la tombe du soldat inconnu. via REUTERS

Quelques heures plus tard, le maître du Kremlin déroule un discours-fleuve à la nation niant la légitimité historique de l’Ukraine et accusant l’Otan de vouloir utiliser ce pays comme un «tremplin» pour attaquer la Russie. L’Ukraine est une création artificielle de «la Russie bolchévique et communiste», assène-t-il, rappelant qu’elle est constituée de «terres russes». «Nous sommes prêts à vous montrer ce que signifie une véritable décommunisation de l’Ukraine», ajoute-t-il, menaçant.

«Paranoïa», «cynisme»… les réactions fusent, notamment à Paris, où la tentative avortée de médiation du président Emmanuel Macron auprès de son homologue russe est mal vécue. «Il y a eu une analyse extrêmement violente, un peu délirante ou paranoïaque, mais construite malheureusement de la part de Vladimir Poutine (…) avec beaucoup de mensonges historiques», résume le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune.

Vladimir Poutine au Kremlin, le 22 février. via REUTERS

«Tout ce qu’il a dit lundi, il l’avait déjà dit avant», relève Michel Eltchaninoff, auteur de Dans la tête de Vladimir Poutine, qui épluche ses allocutions depuis 20 ans. Mais, cette fois, la dramatisation était à son comble, sur fond de bruits de bottes en Ukraine et d’incertitudes sur les intentions réelles du Kremlin. «Le chef du Politburo du XXIe siècle tient un discours insensé», a ironisé sur Facebook son principal opposant, Alexeï Navalny, emprisonné depuis son retour en janvier 2021 d’Allemagne où il avait été soigné pour un empoisonnement.

»LIRE AUSSI – Ukraine: jusqu’où ira Vladimir Poutine ?

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages