Emmanuel Macron annonce la construction de nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR

Après avoir annoncé mi-octobre des investissements d’un milliard d’euros dans les petits réacteurs nucléaires, Emmanuel Macron a indiqué que de nouveaux EPR allaient être construits en France.

Emmanuel Macron va relancer le programme nucléaire français. Le président de la République a en effet annoncé lors de son allocution devant les Français, ce mardi, la construction de nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR dans les prochaines années. «Nous allons pour la première fois depuis des décennies relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays et continuer de développer les énergies renouvelables», a ainsi déclaré le président.

Le chef d’État avait déjà indiqué mi-octobre des investissements d’un milliard d’euros dans les petits réacteurs nucléaires (SMR). «Si nous voulons payer notre énergie à des tarifs raisonnables, il nous faut continuer d’économiser l’énergie et d’investir dans la production d’énergie décarbonée sur notre sol», a précisé Emmanuel Macron lors de son allocution, affirmant par ailleurs qu’il prenait cette décision pour garantir la neutralité carbone en 2050 et «garantir l’approvisionnement électrique de notre pays».

La construction de six EPR envisagée

La France tire la majorité de son électricité du nucléaire. «Ces investissements nous permettront d’être à la hauteur de nos engagements au moment où va se clôturer la COP26 à Glasgow», a-t-il encore ajouté. Cette annonce fait suite au rapport du gestionnaire de réseau électrique RTE, publié deux semaines plus tôt, et qui recommandait la construction de réacteurs de type EPR de manière à assurer la transition énergétique du pays.

À l’heure actuelle, le pays construit seulement un réacteur nucléaire de nouvelle génération, l’EPR de Flamanville (EDF), dont le chantier débuté en 2007 n’est toujours pas achevé. EDF avait remis au printemps un rapport au gouvernement sur la faisabilité de la construction de six nouveaux EPR. Outre le défi industriel, la Cour des comptes avait souligné l’an dernier l’enjeu financier «majeur» d’un tel programme, chiffrant le coût de construction de six EPR de nouvelle génération (EPR2) à 46 milliards d’euros. «L’annonce de la relance du nucléaire était certes prévisible, mais elle est incroyable, et presque illégale sur la forme, un débat national étant nécessaire», a critiqué mardi le député écologiste Matthieu Orphelin.

«Annoncer une relance du nucléaire et la construction de nouveaux réacteurs alors que l’industrie nucléaire enchaîne les fiascos est totalement déconnecté de la réalité», a pour sa part jugé Nicolas Nace, de l’ONG Greenpeace, qui dénonce un «déni démocratique». Le nucléaire est l’un des thèmes de la pré-campagne présidentielle de 2022, certains candidats en prônant une sortie plus ou moins rapide (écologistes ou insoumis) tandis que d’autres (notamment à droite et à l’extrême droite mais aussi au parti communiste) sont favorables à cette énergie.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages