des syndicats appellent à manifester le 24 mars

Les organisations syndicales réclament une augmentation des pensions de retraite pour faire face à la hausse du coût de la vie et de la santé.

Revaloriser les pensions, renforcer et «humaniser» les services publics, notamment dans les zones rurales: une intersyndicale de personnes retraitées, dont la CGT, FO ou le SNES-FSU, a appelé lundi à une journée de mobilisation nationale jeudi.

À VOIR AUSSI – Réforme des retraites: Emmanuel Macron confirme sa volonté de repousser l’âge de la retraite à 65 ans

Les retraités vont battre le pavé dans une vingtaine de grandes villes dont Paris, Marseille ou Lyon. Le cortège parisien partira à 14H00 de la place de la Bastille pour se diriger vers la République. L’inflation et l’heure du bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron ont motivé l’intersyndicale à descendre dans la rue, trois mois après la dernière journée d’action nationale des retraités.

«Nous ne voulons pas de prime, mais une véritable augmentation des pensions de retraite», a déclaré lors d’une conférence de presse Marc Bastide, secrétaire général de l’UCR-CGT. Face à la hausse du coût de la vie, l’intersyndicale a réclamé la «réindexation des pensions sur l’évolution des salaires» et un «rattrapage» du gel des pensions. L’intersyndicale a regretté des politiques «anti-retraités» menées, selon elle, par le gouvernement sortant. «Les retraités ne sont que des variables d’ajustement de la maîtrise du budget», a affirmé Marc Bastide.

«Prise en charge de l’autonomie»

Le coût de la santé est pointé du doigt par les syndicats de retraités. Parmi leurs doléances figure l’augmentation «énorme» du tarif des complémentaires santé, qui entraîne la «paupérisation des retraités» selon Marylène Cahouet, du bureau national de la SNES-FSU. Ainsi, le secrétaire général de l’UCR-CGT a réclamé la «prise en charge de l’autonomie par la Sécurité sociale, et la création d’un service social de l’autonomie.»

Les syndicats et collectifs de retraités demandent également à l’État qu’il renforce la présence des services publics et un réinvestissement dans les zones rurales, pour éviter que les retraités ne se retrouvent «désemparés» par la numérisation des procédures.

Grève à la RATP le 25 mars

Les principales organisations syndicales des agents RATP appellent, elles, à une nouvelle journée de grève le 25 mars après une précédente mobilisation le 28 février. Les syndicats revendiquent une hausse de 3% des salaires pour «faire face à l’inflation et défendre le pouvoir d’achat en Île-de-France» et contestent les 2,7% proposés par la RATP, affirmant qu’il ne s’agit en réalité que d’une hausse réelle de 0,4%. Autre revendication, l’ouverture à la concurrence pour les réseaux de bus qui pousse les organisations à se mobiliser pour faire valoir leur désaccord.

À VOIR AUSSI – Emploi, retraite, RSA, Ehpad, énergie… que faut-il retenir du programme d’Emmanuel Macron ?

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages