Depuis cinq ans, la France connaît-elle une hausse de l’insécurité et une «explosion» de l’immigration ?

LA VÉRIFICATION – La Commission de contrôle de la campagne électorale (CNCCEP) a émis des réserves sur deux chiffres avancés par Marine Le Pen dans sa profession de foi, avant d’accorder finalement son homologation.

LA QUESTION. À dix jours du second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a reçu un rappel à l’ordre du gendarme de la campagne. La Commission de contrôle de la campagne électorale (CNCCEP) a épinglé la candidate du Rassemblement national sur deux statistiques inscrites dans sa profession de foi liées à l’insécurité et l’immigration, comme l’a révélé France Inter mercredi. Réagissant à cette mise en cause, l’entourage de la candidate a assuré que leurs sources étaient «sûres». «Ces chiffres figuraient déjà sur la profession de foi du 1er tour, a-t-on précisé. Le seul objectif de tout cela, c’est de nous faire perdre un temps précieux.»

Les deux données à l’origine du litige, dont l’équipe de Marine Le Pen affirme qu’elles émanent du ministère de l’Intérieur, sont les suivantes : «L’islamisme progresse et l’insécurité s’accroît avec 31% d’agressions volontaires depuis 2017 » et «l’immigration explose avec 1,5 million d’entrées depuis 2017, des centaines de milliers de clandestins…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages