de sa naissance à aujourd’hui, la candidate feuillette son album intime

EN IMAGES – Le Figaro Magazine a demandé à la candidate des Républicains à la présidentielle de commenter les photos des étapes de son ascension politique.

«C’était à Porto-Vecchio pendant la campagne de 2007. Rachida Dati était porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy et moi, porte-parole du parti. C’est le jour où on prépare avec lui le débat de l’entre-deux tours face à Ségolène Royal.» Elodie GREGOIRE/GAMMA
«C’est Jacques Chirac qui me met le pied à l’étrier et me convainc de me faire élire. Quand je le rejoins à l’Élysée, au lendemain de la dissolution en 1997, tout le monde me dit que c’est un suicide professionnel. Mais moi j’y crois. J’ai toujours servi mes convictions avant mon ambition.» Collection Personnelle
«L’expérience de Nicolas Sarkozy est inestimable. Il m’a nommée ministre, il m’a fait confiance. C’est normal que je lui exprime ma reconnaissance.» ABACA
«J’avais convaincu Nicolas Sarkozy de négocier avec les représentants étudiants de l’Unef. On a négocié avec eux le déblocage des universités et j’ai pu passer ma réforme. J’ai été, de 2007 à 2011, ministre de l’Enseignement supérieur, puis de 2011 à 2012, ministre du Budget pendant la crise des dettes. Il a fallu redresser les finances de la France en un temps record.» Pierre HOUNSFIELD/Gamma-Rapho via Getty Images
«À mon bureau dans le nouvel hôtel de région que j’ai fait construire à Saint-Ouen. La région Île-de-France, c’est la source de ma légitimité. En 2015, quand je me lance, personne ne pense que la droite peut gagner. Quand j’entends mes adversaires parler de « rente » à mon sujet, je souris. Quelle rente ? De qui ? Ça voudrait dire que je suis une héritière. Mais c’est tout le contraire.» Gregoire Elodie/ABACA
«Ce sont mes fils qui faisaient de la boxe, et mon coach sportif m’a entraînée à boxer. Je n’ai jamais fait de combats, mais j’aime bien regarder les combats des autres. Ceux de Tony Yoka. Je suis très amie avec Estelle Mossely. J’aime aussi beaucoup Souleymane Cissokho. J’avais arrêté le sport quand j’étais ministre, faute de temps. Après 2012, j’ai repris la boxe, la marche, le yoga, la natation.» Zabulon Laurent/ABACA
«À ma naissance avec ma mère. Mes parents se sont mariés jeunes, et maman a arrêté de travailler à la naissance de mon frère, quand j’avais 6 ans.» Collection Personnelle
«J’étais une enfant précoce. J’ai eu des difficultés car je dormais en classe. Du coup, j’ai sauté la dernière année de maternelle. Petite, je voulais être actrice ou psychiatre comme mon grand-père.» Collection Personnelle
«C’est la photo de la promo de ma classe prépa à Ginette. J’ai fait toute ma scolarité chez les jésuites… Comme Emmanuel Macron ! J’ai l’air d’avoir 14 ans mais j’en ai 17 !» (Au deuxième rang, quatrième en partant de la gauche). Collection Personnelle
«Il est très difficile d’être mère et de faire de la politique. Si j’en fais, c’est parce que l’on m’a refusé un poste au CNC (Centre national de la cinématographie) au prétexte que j’étais enceinte ! Je suis donc restée au Conseil d’État où j’ai été repérée par l’équipe de Jacques Chirac.» Collection Personnelle
«Je suis partie en camp de jeunesses communistes à 15 et 16 ans pour apprendre le russe. À l’ENA, je suis la seule russophone et je fais mon stage à l’ambassade de France à Moscou.» Collection Personnelle
Permis de conduire de Valérie Pécresse en Russie. Collection Personnelle
«C’est la cérémonie du thé en kimono. Je commence à apprendre le japonais à l’ENA. Je passe deux étés au Japon, le premier, pour apprendre la langue. Pour payer le voyage, je fais une étude de marché pour Moët & Chandon, je dois faire goûter un mélange de cognac et de champagne aux jeunes japonaises. Le second été, je fais un stage chez Sony.» Collection Personnelle
«À La Baule, avec mon mari, Jérôme Pécresse et mes trois enfants, Baptiste, Clément et Émilie.» Collection Personnelle
(Ci-dessus, encore à La Baule) «Nous passons aussi une partie de nos vacances d’été dans la maison de Corrèze.» Collection Personnelle.

À VOIR AUSSI…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages