Darmanin annonce des «décisions rapides» sur la sécurité dans les stades

Le ministre de l’intérieur, après une réunion ce mardi à Paris, assure que des décisions fortes seront prises d’ici quinze jours pour avancer sur la question de la sécurité dans les stades de football.

Situation d’urgence oblige après le match arrêté entre Lyon et Marseille dimanche soir suite à un jet de projectile sur Dimitri Payet, une réunion a été organisée ce mardi Place Beauvau entre le gouvernement et les instances du football français. Étaient présents à ce rendez-vous, les ministres de l’Intérieur, de la Justice et des Sports, Gérald Darmanin, Éric Dupond-Moretti et Roxana Maracineanu, ainsi que le président de la LFP, Vincent Labrune et de la FFF, Noël Le Graët. Pas de décisions fortes et symboliques n’ont été prises par l’ensemble des acteurs lors de cette première réunion de travail mais des pistes sur la question de la sécurité dans le football français ont été avancées. Un nouveau rendez-vous est attendu dans quinze jours avec cette fois-ci, des annonces concrètes à attendre.

« Nous avons convenu de travailler ensemble sur quatre sujets, avance Gérald Darmanin, premier à s’exprimer face aux médias à l’issue de cette réunion très attendue par le football français. Le premier, c’est celui de la question de l’interdiction des stades. La question de la sécurisation en elle-même des stades, avec les caméras de vidéo-protection, les filets de protection. La Ligue et la fédération y travaillent. La question évidemment de la sécurité privée puisque nous devons améliorer encore le contrôle à l’accès aux stades et puis enfin la question la plus importante comme on l’a vu dimanche, celle de savoir qui arrête un match, comment on arrête un match, quelles responsabilités pour arrêter ce match entre le rôle essentiel de l’arbitre et le rôle du préfet car il y a une question d’ordre public lorsque l’on évacue des stades de 60 000 personnes. »

Le football professionnel français s’est présenté de façon unie, solidaire et déterminée. Tout le monde s’est entendu sur les objectifs. C’est un fléau, une urgence absolue, nous avons conscience de notre responsabilité .

Vincent Labrune, président de la LFP

Egalement présent lors de cette réunion et moins discret qu’à son habitude, Vincent Labrune, patron de la Ligue de Football, a tenu lui aussi à livrer son point de vue. « Il n’y a pas d’ambiguïté, plante l’ancien président de l’OM. Le football professionnel français s’est présenté de façon unie, solidaire et déterminée. Tout le monde s’est entendu sur les objectifs. C’est un fléau, une urgence absolue, nous avons conscience de notre responsabilité. »

Des propositions concrètes attendues dans deux semaines

Le ministre de l’Intérieur a également dévoilé l’agenda à venir avec une réunion à venir dans les deux semaines afin de « formuler au premier ministre et aux instances dirigeantes de notre football des propositions ». Avant de conclure : « Notre envie est de travailler ensemble pour changer les règlements si les présidents veulent en discuter, permettre la rapidité d’une décision mais aussi pour pouvoir rendre un certain nombre de décisions dans quinze jours pour pouvoir très rapidement évacuer la minorité agissante qui pollue le beau spectacle. Plutôt que de céder à l’émotion qui nous étreint tous lorsqu’un spectacle est gâché, nous préférons travailler sérieusement dans la perspective de quinze jours. » Rendez-vous est pris. La situation d’urgence du football français ne permet plus les zones de flou.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages