Dans le Nord, Castex en mission de proximité pour Macron

Le premier ministre, qui remettra sa démission la semaine prochaine, regrette «le rejet personnel très fort» auquel est parfois confronté Emmanuel Macron.

Envoyé spécial à Halluin (Nord)

Une bourle à la main, Jean Castex repart du cercle Saint-Joseph sous les applaudissements. À Halluin (Nord), le premier ministre ne s’est pas fait prier pour s’essayer à ce jeu traditionnel des Flandres. Tant pis si l’homme du Sud est plus à l’aise à la pétanque, comme il le fait remarquer lui-même. L’enjeu, dans cette commune qui a placé Marine Le Pen en tête au premier tour de la présidentielle, est avant tout de recoudre le lien avec un électorat populaire qui peine à se reconnaître à travers Emmanuel Macron.

Chantre des territoires, Jean Castex ne rencontre pas la même défiance quand il déambule dans les rues qui jouxtent la frontière Belge. «Il faut être humble et votre serviteur l’a toujours été», glisse-t-il. «Il y a des marges de progrès, d’amélioration. On peut toujours s’améliorer, il faut toujours s’améliorer. Il n’y a que des ceux qui ne font jamais la vaisselle qui ne cassent pas d’assiettes», poursuit le chef du gouvernement entre deux discussions…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages