Christiane Taubira refuse d’appeler à la vaccination en Guyane

Alors que la Guyane fait face à une situation épidémique difficile, l’ancienne ministre considère que le fait de ne pas être «en exercice» l’empêche de disposer «des éléments d’information» nécessaires pour se prononcer.

Christiane Taubira estime qu’elle n’a pas «vocation à appeler» les Guyanais «à se vacciner». Et ce même si le territoire ultramarin est particulièrement touché par le Covid-19. C’est ce que l’ancienne garde des Sceaux socialiste a assuré au micro de RTL ce jeudi matin. De son point de vue, son statut de «responsable politique qui n’est pas en exercice» ne lui permet pas de prendre une telle position.

La Guyane est l’un des rares territoires français où le Covid fait encore des ravages. Alors qu’un confinement partiel y est encore en vigueur, seul un habitant sur 4 y a reçu son injection. L’ancienne élue locale ne se dit toutefois pas en mesure de donner des «consignes» pour inciter les habitants à se reporter sur les vaccins. Et pour cause, elle assure ne pas disposer «des éléments d’information qui lui permettraient formellement» de le faire, alors même que la situation dans le reste du territoire français s’améliore à mesure que la vaccination progresse.

«Plus de capacité d’entente»

Suspectée d’alimenter un discours complotiste, la socialiste se défend en estimant au contraire tenir «un propos responsable». «Je regarde comment fonctionne la société. (…) La question du poids de la légitimité, de la crédibilité de la parole politique est une vraie question», a-t-elle déclaré. Avant de proposer de nommer «une médiatrice ou un médiateur» en Guyane au motif qu’il n’y a «plus de capacité d’entente entre la parole officielle et les autorités sur place».

Invitée lundi dernier sur le plateau de France 5, Christiane Taubira avait déjà estimé que la situation sanitaire ne s’apparente pas à une «pandémie au sens strict». «C’est une maladie qui fragilise les personnes déjà vulnérables. C’est une maladie qui montre comme un effet de loupe les inégalités, les vulnérabilités, les fragilités qui ne sont pas prises en considération», avait-elle déclaré.

Plébiscitée par certains pour se porter candidate à la présidentielle de 2022, l’ancienne ministre a précisé à plusieurs reprises qu’elle ne se lancerait pas.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages