Bruno Le Maire affirme que des «vérifications fiscales» sont en cours avant le rapport du Sénat

Amélie de Montchalin et Olivier Dussopt tenaient mercredi soir une conférence de presse pour répondre à la polémique sur le recours aux cabinets de conseil.

La polémique liée au recours aux cabinets de conseil durant le quinquennat, et en particulier aux services de McKinsey, continue d’enrayer la mécanique de campagne d’Emmanuel Macron. Interrogé ce mercredi 30 mars sur Europe 1, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a souhaité convaincre que le cabinet de conseil n’avait fait l’objet d’aucune clémence de la part des services fiscaux, alors que le rapport rendu par le Sénat sur le consulting a mis au jour plusieurs années de pratiques d’optimisation fiscale.

«Nous avons engagé des vérifications fiscales [sur McKinsey] avant la publication du rapport», a ainsi affirmé le ministre de l’Économie. Selon la Lettre A , les services de Bercy ont diligenté en 2021 un contrôle fiscal, qui a été confié à la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP).

Saisi par les oppositions

Bruno Le Maire affirme n’avoir politiquement «aucune fébrilité» sur le sujet, et souhaiter poursuivre le contrôle fiscal sur McKinsey afin que le cabinet de conseil paie «rubis sur ongle» les impôts qu’il doit à la France. Les oppositions se sont en tout cas emparées de la polémique. La principale challenger du président sortant dans les sondages, Marine Le Pen, a ainsi dénoncé un «scandale» et une «gabegie».

À VOIR AUSSI – Jordan Bardella: «L’affaire McKinsey est un véritable scandale d’État»

Le gouvernement tente désormais d’éteindre le feu. Emmanuel Macron a indiqué, en évoquant l’impôt sur les sociétés non versé par McKinsey, que cette situation s’expliquait par les règles fiscales en vigueur et qu’il s’était «battu» pour instaurer un impôt minimal sur les grandes entreprises. «Dans quelques mois ces cas pourront être bannis», a-t-il ajouté sur France 3 dimanche dernier. La ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin et le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, organisaient mercredi soir à 19h une conférence de presse sur le recours de l’État aux cabinets de conseil.

À VOIR AUSSI – Affaire McKinsey: «S’il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal», lance Emmanuel Macron

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages