Boris Johnson se décide à frapper les Russes de «Londongrad»

RÉCIT – Plusieurs oligarques et des banques, dont l’argent, souvent d’origine douteuse, irrigue depuis la chute de l’URSS la capitale britannique et sa finance, sont visés par des sanctions.

Correspondant à Londres

L’édifice est emblématique du Londres victorien. À quelques pas de Westminster, sa façade majestueuse domine la Tamise, et on le retrouve sur les photos des touristes comme dans les livres d’histoire. Whitehall Court a en effet connu d’illustres heures. Lors de la Première Guerre mondiale, il a servi de siège au Secret Intelligence Service, l’ancêtre de l’actuel MI6. Le bâtiment a aussi eu ses résidents célèbres. Parmi ceux-ci, on compte George Bernard Shaw, H.G. Wells, William Gladstone, lord Kitchener et le grand-duc Michel Alexandrovitch de Russie. L’exemple de ce dernier a été suivi par d’autres Russes, dont les investissements londoniens sont mis en lumière par la crise ukrainienne. À Whitehall Court, l’ancien vice-premier ministre de Poutine, Igor Chouvalov, posséderait deux appartements. Au nom d’une compagnie qu’il dirige avec sa femme et pour une valeur de plus de 11 millions de livres, selon la presse. «Des informations sur sa propriété figurent dans sa…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages