Bachar el-Assad en voie d’être réintégré à la Ligue arabe

DÉCRYPTAGE – Même les opposants les plus farouches du dictateur syrien, prenant acte de sa victoire, sont prêts à le refréquenter.

«Assad a gagné la guerre, il est toujours là, qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il faut faire avec.» À l’image de ce diplomate saoudien acquis à une froide realpolitik, les ennemis arabes du dictateur de Damas, qui avaient pris fait et cause pour ses opposants au début de leur révolte en 2011, optent désormais, les uns après les autres, pour une réintégration de la Syrie dans le giron arabe.

En 2012, alors que Bachar el-Assad s’était engagé dans une sanglante répression de ses opposants qui paraissaient alors capables de le renverser, la Ligue arabe avait exclu la Syrie de ses rangs. Même s’il est accusé de crimes de guerre, «Assad est de facto le dirigeant de la Syrie, on doit être réaliste, on ne peut pas se passer de la Syrie si on veut apaiser la situation au Moyen-Orient», confie au Figaro un proche du premier ministre irakien, Moustapha Kazemi, actif en coulisses pour que les pays arabes reprennent langue avec Damas.

Renouer avec Damas

En l’espace de quelques semaines, les signes d’un dégel entre le bloc

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages