Arnaud Montebourg veut créer un «délit de trahison économique»

L’ancien socialiste voit comme «un coup de poignard dans le cœur national» les reventes d’entreprises à des étrangers.

«Ça suffit», a déclaré Arnaud Montebourg. Invité sur le plateau de RMC/BFMTV ce vendredi, le candidat à la présidentielle s’est ému de «l’élite dirigeante de ce pays» qui laisse «mourir toute une série de fleurons qui nous ont fait beaucoup de mal». Pour lutter contre, il propose de créer un «délit de trahison économique».

Il s’agit de lutter contre «tous ces vendeurs à la sauvette de la France en pièces détachées». Pour Arnaud Montebourg, «à chaque fois qu’il y a eu des ventes à l’étranger, il y a eu des gros chèques qui sont arrivés sur le compte bancaire des dirigeants», et «ça a été à chaque fois un coup de poignard dans le cœur national.» En guise d’exemple, le prétendant cite les ventes d’«Alstom, Technip, Alcatel, Lafarge, Essilor, et maintenant Engie».

À VOIR AUSSI – Arnaud Montebourg répond aux questions d’Yves Thréard dans Audition Publique

«Protection de nos intérêts»

Avec sa proposition, les dirigeants d’entreprise devront donc «répondre de leurs actes devant la justice avec une responsabilité pénale pour trahison économique». Une mesure, selon lui, de «protection de nos intérêts contre nos propres dirigeants qui ne respectent pas la France».

Concernant le rachat de la branche d’énergie Alstom, en 2015, l’ancien socialiste avait déjà accusé l’ancien PDG du groupe, «Monsieur Kron», d’avoir «trahi son pays en vendant pour se protéger personnellement et éviter la prison en raison des actes condamnables reprochés par la justice américaine». «C’est une humiliation nationale. Elle mérite une réparation. Et que des mesures soient prises pour rétablir nos intérêts», avait-il alors réclamé.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages