à Metz, Pécresse met en scène son duel avec Macron

REPORTAGE – La candidate LR à l’élection présidentielle a fustigé un président de la République qui «promet tout ce qu’il n’a pas fait».

Envoyé spécial dans le Grand Est

À découvrir

Voir un autre contenu

«On voulait vous faire planter un roseau, car il plie mais ne rompt pas». Ce trait d’humour d’un représentant de l’Organisation nationale des forêts (ONF) fait sourire Valérie Pécresse. En pleine zone de turbulences depuis plusieurs semaines, la candidate LR à l’élection présidentielle veut prouver qu’elle reste forte dans la difficulté. Samedi, dans une forêt vosgienne, après s’être entretenue avec les acteurs de la filière bois, c’est un chêne que la prétendante a finalement planté. Un arbre «solide», lui a d’ailleurs fait remarquer le maire de la commune voisine dans un sourire, soulignant un trait de caractère que s’applique régulièrement à vanter l’entourage de la candidate.

Une prétendante qui a désormais changé de ton. La semaine passée, à Caen, elle avait pilonné Eric Zemmour, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon pour leurs prises de position vis-à-vis de la Russie. Ce samedi, après l’officialisation de candidature d’Emmanuel Macron, c’est au chef de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages