à Kiev, le berceau du monde slave craint d’être effacé par les bombes

RÉCIT – Personne ne veut imaginer que Poutine bombardera le cœur historique de la capitale. Mais tout le monde l’en croit capable, tant le président russe semble prêt à tout pour effacer l’histoire de l’Ukraine afin de se l’approprier.

Envoyé spécial à Kiev

Un chant, puis une faible lueur s’élèvent du fond de la grotte. Rassemblés dans une crypte de la Laure de Kiev, lieu de résidence du primat de l’Église orthodoxe ukrainienne rattachée au Patriarcat de Moscou, une quarantaine de fidèles éclairés à la chandelle sont venus prier pour leur pays. Les explosions de missiles russes, qui s’abattent sur la capitale au septième jour de l’offensive lancée par Vladimir Poutine sur l’Ukraine, font trembler la roche. «Seigneur, protégez l’Ukraine, donnez de la force à l’armée ukrainienne», implore le métropolite Pavel, supérieur de la Laure. Pas une prière pour la Russie, ni pour le patriarche Kirill de Moscou, comme le veut la tradition.

À Kiev, berceau de l’empire que Vladimir Poutine espère rebâtir, le monde russe qu’il prétend défendre pour justifier son intervention en Ukraine se détourne un peu plus de lui. Les fidèles s’inclinent sur les reliques de Saint-Antoine Petchersky, fondateur de la Laure des Grottes de Kiev surnommé…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages