2e victoire pour Audi, Loeb grignote sur Al-Attiyah

Le Suédois Mattias Ekström a offert à Audi sa 2e victoire d’étape sur le Dakar 2022 ce lundi. Sébastien Loeb a repris sept minutes au leader.

Après Carlos Sainz lors de la 3e étape, Mattias Ekström a offert ce lundi un nouveau succès à Audi sur le Dakar 2022. À l’issue des 385 kilomètres de spéciale entre Al Dawadimi et Wadi Ad Dawasir, le Suédois s’est imposé en 3h43’21 pour signer sa première victoire dans l’épreuve, juste devant un autre bolide aux anneaux, celui de Stéphane Peterhansel (+0’49). 3e à un peu plus de trois minutes (3’08) malgré une crevaison, la perte d’une roue de secours et le désavantage d’ouvrir la route, Sébastien Loeb (Prodrive) prive la marque allemande d’un triplé (Sainz +3’11) et reprend sept minutes et une seconde sur Nasser al-Attiyah (Toyota).

«On a attaqué la bloc toute la spéciale, mais au km 28 on a crevé, on a perdu deux minutes, raconte Loeb. Et en arrivant à la neutralisation, on se rend compte qu’on a perdu notre deuxième roue de secours ! Donc il nous restait 250 kilomètres sans avoir droit à l’erreur. Je savais qu’on était en train de faire un bon temps, donc j’ai fait gaffe dans les cailloux, je n’ai pas voulu prendre de risque de crever. En tout cas j’ai fait une bonne spéciale, Nasser a certainement perdu un peu de temps, il n’allait pas très vite. La semaine dernière c’est moi qui aie été embêté, cette fois-ci c’est lui.»

«Aucun regret» pour Van Beveren

Chez les motos, Adrien Van Beveren a cédé le pouvoir qu’il avait pris dimanche, au profit de Sam Sunderland. «Mon bouton de road-book est tombé en panne dès les premières dunes, j’ai donc dû le faire défiler à la main, ce n’était pas facile de piloter comme ça, a expliqué le Nordiste. C’était flippant de se faire secouer dans les trous en tenant le guidon avec une seule main, mais si je n’ai que ça comme problème, tout va très bien, ça fait partie du Dakar. J’ai donné le meilleur, je n’ai aucun regret. Je suis tout de même content de ma journée et je garde le même état d’esprit : continuer à faire le moins de fautes possible jusqu’au bout». Van Beveren rétrograde au 3e rang avec 4’43 » de retard sur Sunderland, vainqueur de sa première étape dans cette édition.

«La course est très serrée cette année, constate le Britannique après sa victoire d’étape. C’est difficile pour nous les pilotes car c’est un peu les montagnes russes au niveau émotionnel. Hier, j’étais au fond après une journée difficile, mais il faut rester calme et prendre les jours comme ils viennent. Demain, après la gloire de la victoire du jour je vais être puni en ouvrant. Mais la règle est la même pour tous et celui qui veut gagner la course doit parfois gagner des spéciales.»

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages