Sous contrat avec Apple TV+, M. Night Shyamalan renie le cinéma des plateformes de streaming

Président du jury de la Berlinale, le réalisateur de Sixième sens et Old espère que le public retrouvera son appétit pour les salles obscures et doute de la postérité des films sortis uniquement en ligne.

Président du jury de la dernière édition du Festival du film de Berlin qui s’est achevé vendredi dernier, le réalisateur de Sixième sens et du récent Old, M. Night Shyamalan a profité de sa position pour multiplier les déclarations de soutien aux salles de cinéma dans un écosystème perturbé par deux ans de crises sanitaires et la montée en puissance des plateformes. À l’image désormais de Netflix, studio le plus nommé de la course aux Oscars.

Dans un entretien au journal Le Monde, le cinéaste a vilipendé «ce monde sans cinéma, où tout se regarde sur un téléphone». «Mais combien de films en streaming t’ont marqué ou ont changé ta vie ? De combien d’entre eux te rappelleras-tu dans dix ans ? », s’est demandé celui qui collabore pourtant avec Apple TV + et a développé pour la firme à la pomme la série à succès, Servant.

Et d’insister : «Les fournisseurs en ligne ont dépensé des milliards de dollars en contenus et en publicité» et incité à «voir ce que vous voulez sans engagement ni acheter de billet !». «Cela a été infiniment dommageable», regrette-t-il celui qui veut aussi croire que «la fermeture des cinémas nous a aussi démontré à quel point c’était une expérience inestimable». «Il n’y a pas d’équivalent : la perspective de sortir, d’emmener ses amis, de donner toute son attention et son amour aux images et aux personnages qu’on regarde», martèle M. Night Shyamalan.

«Tout le monde doit être courageux, y compris les studios»

Pour lui, il est désormais de la responsabilité des réalisateurs et scénaristes de faire revenir le public en salle. «À nous de raconter des histoires formidables, et le public reviendra, peut-être même plus nombreux. Tout le monde doit être courageux, y compris les studios. Il faut un retour aux voix originales», plaide-t-il. Ces propos font écho à ceux tenus lors de la conférence de presse d’ouverture de la Berlinale.

«Quand le spectateur sort d’un film commercial, il n’est pas nécessairement transformé, mais il a aimé ce qu’il a vu, expliquait M. Night Shyamalan. Dans le cinéma indépendant, c’est le point de vue d’une personne spécifique, une nouvelle perspective sur le monde qui prime. Vous sortez du cinéma changé, vous n’êtes plus le même, même si c’est plus difficile d’accès».

Le réalisateur a signé, l’été dernier avec Old, un des rares films rentables de l’année. Autofinancée à hauteur de 18 millions de dollars, cette fable horrifique, avec Vicky Krieps et Gael Garcia Bernal, racontait l’inquiétant huis clos de vacanciers pris au piège d’une crique où le temps s’écoule en accéléré, leur faisant vivre en une journée presque la totalité de leur existence. Elle a rapporté 90 millions de dollars au box-office.

M. Night Shyamalan s’est déjà attelé à son projet suivant, Knock At The Cabin. L’intrigue de ce thriller, dont la sortie a déjà été fixée à février 2023, est gardée jalousement. Au générique figureront des habitués de M. Night Shyamalan l’ex star d’Harry Potter Rupert Grint (The Servant), Nikki Amuka-Bird (Old) et Dave Bautista.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages