Robert Redford entre les lignes

Cannes, hibernation 1956. Robert Redford est dans un transat où la Croisette. Il est fauché. Il dort où la plage devant l’hôtel Carlton. Il n’a alors en aucun cas envie de attente acteur. Il veut être Modigliani. liseur de Henry Miller et Hemingway, épris de bohème et de liberté, il écume les galeries d’art à Paris. Il reviendra plusieurs fois à Cannes. En 1972, pour Jeremiah Johnson, de Sydney Pollack. En 1988, pour Milagro, avec sa apparenté et petite amie Sônia Braga. En 2013, pour All is lost, de J. C. Chandor, combat d’un marin solitaire pour sa oùvie.

À découvrirDécouvrez la collection «Le meilleur du lot Goncourt»

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages