Oscar du meilleur film et remake de La Famille Bélier, CODA sortira brièvement dans les cinémas français

Le producteur Pathé a obtenu un visa temporaire lui permettant de distribuer, pendant 48 heures samedi et dimanche prochain, le film diffusé sur Apple TV+.

Premier long-métrage d’une plateforme SVOD à décrocher l’Oscar du meilleur film, CODA, le remake de La Famille Bélier, n’a jamais pu avoir en France le retentissement de son original. Contrairement aux Etats-Unis ou en Angleterre où quelques projections en salles ont été organisées, la dramédie franco-américaine de Sian Heder n’était disponible que pour les abonnés d’Apple TV+, acquéreur de CODA à Sundance. Le lancement en ligne du film à l’été 2021 s’était fait à bas-bruit.

Mais le triomphe le 27 mars aux Oscars de CODA qui a raflé les trois statuettes pour lesquelles il était en lice et soufflé le trophée roi au favori The Power Of The Dog de Jane Campion, a changé la donne. Pour donner la chance aux cinéphiles français de découvrir cette transposition inspirée et militante, le coproducteur Pathé a obtenu du CNC un visa temporaire lui permettant de distribuer, pendant 48 heures samedi et dimanche prochain, les péripéties de Ruby Rossi et de ses parents sourds dans le port de pêche sinistré de Gloucester.

120 cinémas partenaires

D’après Le film français, CODA sera projeté dans 120 cinémas hexagonaux. Y participeront les salles des circuits Les Cinémas Pathé Gaumont – majoritaires dans l’opération – CGR, Kinepolis et Grand Ecran, ainsi qu’un certain nombre de salles indépendantes d’art et essai, à Paris et en province. Environ300 séances devraient avoir lieu.

Pathé a préféré cette option limitée sur deux journées à la possibilité d’organiser un nombre de séances n’excédant pas 30 d’une même semaine cinématographique et sans limitation de durée.

Pathé explique avoir souhaité, à travers ces projections du 23 et du 24 avril, «organiser un événement pour honorer les producteurs français de CODA (Philippe Rousselet, Fabrice Gianfermi, Patrick Wachsberger et Jérôme Seydoux, ndlr). Le film n’était pas du tout prévu en salle au départ, ce sont vraiment les Oscars qui ont été le déclencheur». Outre la statuette du meilleur film, CODA est aussi reparti avec le trophée du meilleur second rôle pour Troy Kotsur, merveilleux patriarche bourru et tendre on ne peut plus créatif dans sa langue des signes et le trophée de la meilleure adaptation (devant Dune et The Power Of The Dog!).

Sous-titres dédiés aux sourds et malentendants

Contrairement à La Famille Bélier qui employait des acteurs entendants (Karin Viard et François Damiens) maltraitant la langue des signes, CODA a recruté des piliers de la communauté artistique sourde, à la cote d’amour immense et a offert une tribune inédite et historique aux talents handicapés. Dans le rôle de la mère de Ruby, Marlee Matlin, oscarisée il y a trente-cinq ans pour Les Enfants du silence, et militante acharnée de la représentation et de l’accessibilité. Vétéran du théâtre en langue des signes (ASL), Troy Kotsur, 53 ans, qui dormait dans sa voiture lors de ses années de galère, a charmé par son parcours.

Cherchant l’authenticité maximale, faisant une relecture plus politique, Sian Heder a travaillé son script avec des interprètes ASL et a encouragé ses comédiens à être très expressifs et inventifs sur la manière de signer, revenant aux bases du cinéma muet. Pour respecter cet engagement, les projections du 23 et du 24 avril, proposeront des sous-titres dédiés aux sourds et malentendants.

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages