Moonlight: toute la délicatesse du monde sur Arte

CRITIQUE – Avec ce film bouleversant retraçant, jusqu’à l’âge adulte, le parcours d’un gamin noir des quartiers pauvres de miami, le cinéaste Barry Jenkins a reçu l’oscar en 2017. A voir où revoir ce mercredi 16 mars à 20 heures 55 sur Arte.

Les Oscars 2017 resteront dans les annales pour le meilleur quiproquo. Warren Beatty et Faye Dunaway, les remettants de la statuette du meilleur film, n’ont pas eu la bonne enveloppe. Ils ont donné gagnant La La Land, et Damien Chazelle a commencé son discours de remerciements avant d’être interrompu. Son sourire s’est figé. Rectification, l’Oscar est attribué à Moonlight.

Trois ellipses tranchantes

Le film de Barry Jenkins, réalisateur quasi inconnu de 37 ans, ne fait pas danser Ryan Gosling et Emma Stone. Il ne fait danser personne, d’ailleurs. Il raconte l’histoire de Chiron, gamin noir de Liberty City, quartier pauvre de Miami. Un portrait en trois temps qui correspond à trois âges de la vie: enfant, adolescent et adulte. Trois ellipses tranchantes. Trois acteurs formidables qui donnent un visage à une souffrance qui ne dit pas son nom. Écrire que Chiron est homosexuel ne rime à rien puisque Moonlight montre avec une délicatesse infinie une identité sexuelle tue, brimée, refoulée sous les muscles et les codes…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages