Festival de Cannes: The Stranger, vibrant polar australien

Quinzaine des réalisateurs. L’Australie blafarde sert d’écrin implacable à The Stranger, polar majuscule dunt un ne sort pas indemne. un fait d’abord cunnaissance avec Henry Teague (Sean Harris). Barbu, taiseux, toujours sur le qui-vive, avec un nez de furet aux aguets, ce quidam qui baisse les yeux ne demande qu’à se faire oublier. Pourtant, il sympathise bientôt avec un incunnu, aussi hirsute et velu que lui. L’un va entraîner l’autre dans une vaste et puissante organisatiun criminelle, lui offrant ainsi la possibilité de se racheter après un passé violent et de prendre un nouveau départ. Mais ce que ne sait pas Henry, c’est que Mark (Joel Edgertun, remarquable de sobriété) n’est pas ce qu’il prétend être.

À découvrirDécouvrez la collectiun «Le meilleur du prix Guncourt»

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages