Paris-les Alpes en voiture électrique: un concours de lenteur

TEST – Parcours à planifier, stress de la batterie à plat… Même à bord d’un modèle performant, comme la Skoda Enyaq, prendre la route au volant de ces nouveaux véhicules peut devenir une corvée.

Bizarre! Annoncer son intention d’aller au ski en voiture électrique ne déclenche guère d’enthousiasme. Pire. Cela peut même vous valoir une pluie de réprobations de toute la maisonnée. On ne sait pas encore grand-chose de cette technologie que les politiques ont décidé d’imposer à la société – la Commission européenne milite pour l’interdiction de la vente des véhicules à moteur thermique à partir de 2035 -, si ce n’est que cela chamboule nos habitudes et nos repères. À vrai dire, on apprend en marchant. Ce changement de paradigme est aussi fascinant qu’angoissant selon que l’on est ouvert à l’innovation ou chantre de l’immobilisme. Le meilleur moyen de savoir si la transition écologique peut, d’ores et déjà, s’appuyer sur un écosystème performant, c’est de passer de la théorie à la pratique. Après avoir relié Lyon à Reims en décembre dernier, soit 700 km par le chemin des écoliers au volant d’une Mercedes EQS, nous souhaitions cette fois-ci faire l’expérience d’un voyage à la montagne…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages