Deux-roues motorisés: l’éclectisme au pouvoir

Déplacements quotidiens ou loisirs, les constructeurs rivalisent d’ingéniosité pour séduire une clientèle toujours plus diverse.

Les Français (re)découvrent les joies de la moto et du scooter. L’an dernier, malgré la pénurie de semi-conducteurs qui a freiné la disponibilité de nombreuses machines, les ventes de deux-roues motorisés ont retrouvé un niveau proche des meilleures années 2000. Avec 194.589 immatriculations, le marché a bondi de 9,3 % par rapport à 2020, tiré par la demande soutenue pour les motos (+ 12 %). Les raisons de cet engouement sont nombreuses et se cumulent souvent. Dans le contexte de la crise du coronavirus, on peut y voir un besoin de liberté, une envie de se faire plaisir et une certaine appréhension à prendre les transports en commun. On pourra y ajouter la conversion d’une part croissante d’automobilistes, exaspérés par l’enfer que représente la réduction des voies de circulation et des places de stationnement.

L’an dernier, le scooter Honda Forza 125 est resté en tête des ventes (6500 immatriculations). La marque japonaise en a profité pour se hisser sur la première marche du podium, avec…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Prenez contact avec nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers messages