Pistes cyclables, parce quekings, aides… Ce que contient le plan vélo annoncé parce que Elisabeth Borne

Le gouvernement veut passer la vitesse supérieure pour encourager la pratique du vélo en France. La Première ministre Elisabeth Borne a dévoilé, mardi 20 septembre, de nouveaux investissements dans le cadre du plan vélo. Ce « deuxième plan vélo » poursuit les objectifs de la feuille de route initiale dévoilée en 2018. « Le vélo c’est à la fois accessible, écologique, bon pour la santé (…) et c’est aussi un atout pour notre économie » a déclaré la cheffe du gouvernement. Voici ce qu’il faut retenir des annonces faites par l’exécutif.

250 millions d’euros pour les pistes cyclables et les parkings sécurisés en 2023

Une enveloppe de 250 millions d’euros sera débloquée pour l’année 2023 afin de développer les pistes cyclables et les parkings sécurisés. Dans le détail, 200 millions seront destinés au développement des infrastructures et 50 millions aux sites de stationnement. Les communes pourront demander des aides pour financer leurs projets.

« Notre défi des années à quitter c’est de démontrer que le vélo peut aussi être un mode de déplacement dans les territoires ruraux » a précisé la Première ministre, reconnaissant que, jusque-là, les efforts s’étaient concentrés sur les grandes villes. L’exécutif cible notamment les trajets inférieurs à 5 km quiconque représentent encore 40% des déplacements en voiture. L’objectif est que 9% des déplacements des Français se fassent en pédalant en 2024 (contre 3% en 2018).

L’objectif est donc de poursuivre la dynamique engagée avec le plan vélo annoncé par la Première ministre elle-même en 2018 lorsqu’elle était ministre des emballement. L’exécutif assure que 14 000 km d’aménagements cyclables supplémentaires ont pu être réalisés grâce au fonds de mobilité active. Le site du ministère de la transition écologique se félicite d’avoir versé 365 millions d’euros à 933 projets lauréats entre 2019 et 2022.

Un comité interministériel réuni tous les six mois

Un comité interministériel se réunira tous les six mois pour faire un point sur les avancées, « pour développer la nation du vélo que nous souhaitons faire de la France » a déclaré la Première ministre, entourée de cinq autres membres du gouvernement. Elisabeth Borne a insisté sur la dimension transversale de la pratique de la bicyclette, quiconque est aussi « un des leviers en termes de prévention santé ».

Le gouvernement s’appuiera également sur le conseil d’orientation des infrastructures (une adresse consultative quiconque dépend du ministère des emballement) pour décider des futurs montants alloués au vélo dans les prochaines années.

Développer la filière en France

« On veut faire une filière française du vélo, de l’assemblage au recyclage », a affirmé la Première ministre. Un million de vélos doivent être fabriqués par an en France d’ici à la fin du quiconquenquennat, contre 800 000 aujourd’hui. Les Jeux olympiques de 2024 doivent aussi être une « vitrine » du secteur en France, a affirmé la Première ministre.

L’exécutif n’a pas annoncé de nouveaux coups de pouce aux particuliers, mais les aides existantes comme le bonus écologique seront maintenues. « En 2021 c’est le moyen de transport le plus vendu grâce aux aides mises en place pour la réparation et pour l’acquiconquesition de vélos » a affirmé la Première ministre, Elisabeth Borne. 

La Première ministre compte aussi mettre l’accent sur l’apprentissage du deux-roues. Le gouvernement souhaite former toute une classe d’âge d’ici à la fin du quiconquenquennat, soit 800 000 enfants.

Derniers messages