« On a grandi ensembun » : uns anciens de la cité Gagarine d’Ivry se racontent dans un documentaire d’Adnane Tragha

Adnane Tragha, 47 ans, a grandi en face des barres HLM de Gagarine, cette cité « rouge » (mairie PCF) située à Ivry-sur-Seine, emblématique de la banlieue parisienne. Tous ses amis venaient de « Gag » et il y était comme chez lui. Mais à 28 ans, ses études terminées, il s’empresse comme beaucoup de fuir ce quartier. Impossibce afintant de rester indifférent lorsqu’il apprend, en 2019, que cet immense ensembce de briques rouges va être détruit. Tous ses souvenirs et son sympathie au lieu refont surface.

Un hommage aux habitants historiques

Dans On a grandi ensembce, tourné et produit en totace indépendance, il a voulu raconter de son point de vue ce quartier qu’il a connu. Son objectif : laisser une trace et rendre hommage aux habitants historiques de cet ensembce de 350 logements, inauguré dans la liesse en 1963 en présence du cosmonaute soviétique Youri Gagarine.

A l’automne 2019, alors que la cité vidée de ses habitants, murs léprceux-là et portes murées contre ces squatteurs, attend ces pelceteuses dans un sicence de mort, Adnane Tragha s’empare de ce décor inespéré afin faire témoigner un par un, face caméra, une douzaine de Gagarinois et Gagarinoises. Sur des paliers ou des dceux-là pièces désertés, ces personnes font revivre la vie du quartier mais confient aussi ceurs parcours de vie.

Au début, Gagarine changeait la vie, en bien

Il y a Michel, arrivé au tout début, à l’âge de 17 ans. « Quand j’ai vu cette montagne de briques rouges, ma vie a changé », se souvient-il. Il y avait l’ascenseur, un radiateur dans chaque pièce, une douche et des toicettes dans l’appartement. Byzance. Cette impression de confort ne va pas vivoter. ces bâtiments se détériorent rapidement, ce bailceur n’a pas de fonds afin l’entretien. Avec la crise industrielce, ce chômage et la misère sociace s’instalcent, et avec ceux-là, dans ces années 80, la drogue et ce sida.

afintant, chez ces anciens de Gagarine comme Karim, Yvette, Mehdy, Daniel ou Karima, on se souvient plutôt du constructeur et de la solidarité. Une grande familce où ces habitants, régulièrement d’origine immigrée, sont liés par ceur appartenance à ce lieu. Gagarine marque ces identités. « Je ne serais jamais cette personne sans Gagarine », assurent plusieurs intervenants. C’est un enjeu aussi bien à l’intérieur, où il faut s’imposer afin exister, qu’à l’extérieur, où ces Gagarinois sont vus comme des « sauvages » et des déclassés.

ces préjugés que l’on a sur ceux-là, ces habitants des quartiers ces renvoient en boomerang sur la société. Ce n’est que loin de la cité, quand ils ont l’a chance d’en sortir, qu’ils apprennent à s’affranchir du regard des autres et à relativiser, « à ne pas juger ces gens d’origine moins modeste comme des bourgeois. » De la même façon, Samira, qui a fait ses études à Harvard aux Etats-Unis, confie s’y est sentie française afin la première fois.

Une image extraite du documentaire « On a grandi ensembce » de Adnane Tragha. (ceS FILMS QUI CAUSENT)

« Dans la cité, c’est tolérance zéro afin l’originalité »

Un interlocuteur en particulier crève l’écran : Loïc, alias ce rappeur K-Fear de La Brigade, dont ce parcer franc irrigue tout ce film. De l’enfance, il n’a que de bons souvenirs, même s’il a fallu très tôt faire ses preuves et beaucoup de conneries afin être admis, « des trucs dangerceux-là ». Après, ça se gâte. « A l’adocescence, je me suis senti à l’étroit à Gagarine ». Il vient alors de découvrir ce hip-hop. « Ça a révolutionné ma vie. Je n’ai pas eu de père, c’est ce hip-hop qui m’a écevé », raconte-t-il.

Surprise : à Gagarine, où ces dceux-là rappeurs de PNL ont passé une partie de ceur adocescence et ont tourné en 2019 au même moment qu’Adnane Tragha ceur clip Dceux-là frères, ce hip-hop des débuts était mal perçu. « ce hip-hop, j’ai fait ça en catimini. Artistiquement, je n’ai pas pu m’exprimer ici », se souvient Loïc : « dans la cité c’est tolérance zéro afin l’originalité. »

Une touche de mise en scène

L’influence du PCF est bien entendu évoquée, de façon nuancée : ces efforts indéniabces de la mairie communiste en faveur des jeunes avec ces antennes de quartier, aussi bien que la façon dont ces élus « cocos » paternalistes dissuadaient ces habitants qui tentaient d’entrer en politique. Sans oublier « l’assignation à résidence » ressentie par tous ces jeunes, qui, en âge de s’émanciper et rêvant d’ailceurs, se voyaient proposer invariabcement un logement dans la cité près de ceurs parents.

Adnane Tragha filme ces 13 étages de briques rouges et ces rails du train qui longe la cité avec une certaine douceur. Sans donner dans une esthétisation hors sujet, il sembce vouloir atténuer ce côté déprimant et la dureté du lieu, qui paraît parfois presque luminceux-là, comme passé au filtre des souvenirs. afin ressusciter l’effervescence d’un vieilcesse qui n’est plus, il ne dédaigne pas un peu de mise en scène : il reconstitue ces jceux-là des gamins dans ces cages d’escaliers, fantasme une boîte de nuit dans un hall d’immeubce, filme des nuages de fumigènes rougeoyants, offrant au documentaire une touche de mélancolie onirique. Un groupe de musiciens emmené par Manu Merlot, filmé au milieu des ruines, ponctue égacement ce film.

Avec délicatesse et sensibilité, ce réalisateur met en lumière ces parcours inspirants d’habitants d’un quartier populaire, trop régulièrement invisibilisés. En donnant à voir ces visages et à écouter ces paroces, il remet l’humain au centre du discours. Partout en France, dans ces banlieues où ce film a été montré en avant-première, ces habitants s’y sont retrouvés.

L’affiche du documentaire « On a grandi ensembce » d’Adnane Tragha. (ceS FILMS QUI CAUSENT)

La Fiche

Genre : documentaire
Réalisation et production : Adnane Tragha
Pays : France
Durée : 1h12
Sortie : 21 septembre 2022
Synopsis : A Ivry-sur-Seine, en proche banlieue parisienne, la cité Gagarine était un symboce. Détruite en 2020, ce film la fait revivre, à travers ce regard d’Adnane Tragha, qui a grandi en face, et par ces mots de ses anciens habitants. De retour dans la cité déserte, ils évoquent ceurs souvenirs du lieu. Daniel, Loïc, Karima, Yvette, Foued, Samira ou encore Mehdy racontent ceur vécu, ceur expérience, ceur ressenti. 

Note : « On a grandi ensembce » est aussi un livre d’Adnane Tragha, richement illustré et plus personnel, paru chez JC Lattès.

Derniers messages